AFFAIRE DES AVIONS CHINOIS : LA RÉACTION DE NGANOU DJOUMESSI

AFFAIRE DES AVIONS CHINOIS : LA RÉACTION DE NGANOU DJOUMESSI

Le ministre de l’Economie a expliqué vendredi à l’Assemblée nationale le processus d’acquisition des MA60.

L’affaire dite des « avions chinois » s’est une nouvelle fois invitée à l’Assemblée nationale. Vendredi 5 décembre dernier, lors de la session plénière d’adoption de la loi des finances 2015, deux députés, l’un de l’Undp et l’autre du Sdf ont interpellé le ministre des Transports sur le processus d’acquisition de ces deux aéronefs MA60 dont le prix s’était avéré beaucoup plus élevé au Cameroun qu’au Congo où des appareils du même type avaient été achetés en 2006 et 2011.

34 milliards de francs Cfa

Robert Nkili, le ministre des Transports s’est simplement défaussé sur son collègue du gouvernement. « Le ministre des Transports que je suis, en tout cas depuis que je suis là, n’est pas responsable de la signature des engagements. Le chef de l’Etat signe un décret habilitant quelqu’un à signer ces engagements au nom de l’Etat. Il est ici, le ministre et il vous en parlera tout à l’heure. C’est lui qui a mis en place le comité. J’ai quelques-uns de mes collaborateurs qui ont travaillé longtemps pour débattre de ces prix d’avions. De toutes les façons, il vous donnera des précisions.

Mais, de vous à moi, vous pouvez me voir dès lundi et je vous présenterai certaines pièces qui montrent que pendant longtemps les gens ont été dans des erreurs. J’ai les pièces du Congo pour l’acquisition de ces avions que je pourrais faire voir discrètement à tout député qui le voudrait. Donc, monsieur le président de l’Assemblée nationale, je préfère que le ministre de l’Économie lui-même vous dise ce qu’il a fait après son habilitation pour débattre des prix. »

Pendant que Robert Nkili développe, on voit des députés sur le banc de l’opposition qui pouffent de rire. « On ne dirait pas qu’ils appartiennent au même gouvernement ! », s’exclame un élu Sdf. Appelé à s’exprimer enfin sur le sujet et pour la première fois, le ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire, Emmanuel Nganou Djoumessi va commencer par expliquer aux députés le processus technique d’acquisition d’un bien sur financement extérieur. Il soutient alors que la partie technique (l’identification des avions, ses spécification techniques, etc.) a été gérée par des experts et que son département ministériel et d’autres administrations ne sont intervenus que sur la question du partenariat financier.

« Pour le cas des avions MA60, explique le ministre de l’Economie, notons bien que le gouvernement a entrepris de discuter pour cette acquisition à partir de 2006. Mais l’acquisition est intervenue en 2011. Nous avons payé deux avions pour en obtenir trois. Nous avons payé pour la formation, nous avons payé pour l’équipage, nous avons payé pour les pièces détachées de rechange. (…) Quoiqu’il en soit, une documentation existe et chacun peut la consulter. Il faut donc qu’il soit mis fin à toutes ces spéculations.»

Rappelons que le député Sdf, Jean-Michel Nintcheu avait déjà interpellé le gouvernement en juin dernier sur l’acquisition de ces avions MA60 par le Cameroun à près de 34 milliards alors que, constatait-il, les mêmes avions avaient été acquis par le Congo à environ 7 milliards l’unité.

 

camernews-Emmanuel-Nganou-Djoumessi

camernews-Emmanuel-Nganou-Djoumessi