Affaire Bouba Simala : Non, c’est vrai, il y a des moutons au nord

Si vous croyez, à raison d’ailleurs, que les moutons sont partout, vous ignoriez certainement, et toujours à raison, qu’il y en a qui sont des marques déposées ! Dans notre cas, un matin tranquille, le PAN, troisième personne seulement dans tout un pays, qui même dans le christianisme occupe une place de Dieu ou presque, se met à la table de Prévert dont il n’a pourtant pas la plume et pond un « arrêté » lourd de fond et de forme !

Et quand un maitre d’éducation physique fait du long crayon, la lecture de ses arabesques devient une extase ! Seulement voilà, il y a des vérités qu’aucun siècle ne révolutionnera, qu’aucune civilisation n’améliorera et qu’aucune sagesse ne surpassera : on ne lave pas le linge sale en public ! Les problèmes de famille, réglez-les en famille ! 20 ans avec votre ange gardien, même si ce n’est pas votre neveu, c’est votre famille déjà.

C’est vrai, si on veut noyer son chien, on doit bien l’accuser de rage, mais si vous l’envoyer chez le toubib, il n’y verra que dal ! Ainsi donc, Cavayé Yeguie, souvent pris pour yéyé dans les dessins satiriques, envoie son autre lui-même au-devant de la potence en l’accusant du plus grave crime à commettre à l’heure actuelle en relation avec le terrorisme. Ce qu’il oublie à cette heure, ce que le ministre de la défense qu’il a enjoint de prendre toutes les dispositions pour cet prévenu, cherchera bien à y voir clair, à plusieurs titres et selon le principe que si le troisième camerounais est menacé par sa propre garde, ce n’est pas le premier qui peut dormir tranquille. Et aussi, on aura du mal à voir le prétendu amateur terroriste mourir à la Jésus une deuxième fois sans se défendre.

Dans ce cas, la justice y creuse au plus profond, et voit que malgré des problèmes qui ne manquent point entre hommes, il ne s’agit que l’histoire du danseur qui pour justifier ses piètres performances, accuse son pantalon

Une année entière à déclarer que Boko Haram se trouve entre nous et finir par dire que Boko Haram c’est son propre garde du corps, est une ânerie propre à sa marque et qui  fait penser que l’homme est tombé sur la tête ! Que si vraiment Bouba Simala est un terroriste de Boko Haram, comment  lui Cavaye peut-il en être innocent ?

C’est soit de l’incompétence soit du manque de vigilance, tous deux incompatibles avec sa fonction  de PAN donc  le poussant au renvoie ou à la démission ! Et, tenez-vous tranquille, c’est bien cet homme-là qui se targue … d’élever les terroristes dans son « arrêté »!

Le PAN a donc commis la bêtise de trop, celle qui ne s’en va pas sans laisser de traces. Si son siège au perchoir ne devrait pas en être menacé pour l’instant, c’est son inamovibilité qui s’en trouvera menacée à la longue. Ayant donné du fouet à ses détracteurs, ils ne tarderont pas à s’en servir. Certainement, Cavaye compte sur l’usure pour avoir son adversaire, avec du temps, les gens vont oublier l’affaire, et il aura réussi. Mais il aura montré à suffisance qu’il est un élément trouble dans le système.

Cavaye n’a pas du tout mesuré l’étendue de son énormité par rapport à sa personnalité avant d’agir : dans d’autres systèmes, comme aux USA, si le président de la Federal Reserve fait juste un accident de voiture en allant au travail et que le public en soit informé, ce sera la catastrophe à la bourse de New York ! Si Bouba Simala est coupable, cela veut dire que les deux autres numéros devraient changer d’oreiller car par Cavaye le mal peut venir…