Adieux à l’upéciste Emeh Elong Ekumbasi de regrettée mémoire

Par Yves Beng, Emmanuel Fonkwa, Franklin Nyamsi, Josué Yetna, Michel Massoki

 

Lundi 18 juillet 2016, la nouvelle, brutale et sèche, tombe : René Emeh Elong est décédé. Impensable. Bouffonnerie. Il faut vérifier. Le net, vite. malimba – Necrologie confirme et souligne l’émoi dans la communauté malimba d’Europe. Un peu plus tard. Coup de fil d’un camarade upéciste. Plus de doute. Il faut s’y résoudre.

Mourir en été. Pendant les vacances. Loin du Kamerun, sa terre natale, son irremplaçable «mboa». Quelle galéjade !

Camarade Emeh Elong,
Tu laisses à tes héritiers un impressionnant corpus de diatribes. Essentiellement dirigées contre les régimes d’Ahmadou Ahidjo et de Paul Biya, c’est-à-dire contre les complices camerounais de l’impérialisme international. Ils y puiseront la force d’un entêtement fécond, apprendront comment l’indiscipline peut sceller une fidélité. C’est que, infatigable activiste, on t’a vu partout où les libertés du Kamerun et celles de l’Afrique étaient en jeu. Avec l’Union des Populations de Cameroun (UPC), ton parti, bateau parfois ivre mais néanmoins creuset de ton identité, tu n’as pas cessé de te battre pour un Kamerun nouveau, juste et démocratique. Ni l’incapacité du mouvement à s’unir, ni ses difficultés à pleinement intégrer la légalité, ni la léthargie de la population, ni l’hostilité du gouvernement ne t’ont conduit à renoncer.

 

Nous n’avons rien oublié de ces longues heures, passées à ébaucher, sans trêve, un avenir meilleur. A tenter de le construire dans des actions concrètes. Quelquefois futiles.

Et puis, entre nous, sont apparues des divergences. Le net offrant la possibilité de s’épier, nous nous sommes moins vus. Tu as continué, parfois, à polémiquer avec nos silences. Rien, en tout cela, qui ne soit humain, trop humain.

Ta disparition nous afflige. Profondément. Ton aptitude à nous remettre en question nous manquera.
A ton épouse, à tes enfants et petits-enfants, nous adressons nos plus sincères condoléances.
Le mouvement upéciste vient de perdre un vaillant soldat. L’âme immortelle du peuple kamerunais poursuit cependant son oeuvre!
Regrets éternels, fraternels adieux.

Signatures :
Yves Beng
Emmanuel Fonkwa
Franklin Nyamsi
Josué Yetna
Michel Massoki