camernews-fouille-police

Actualités societe : Insécurité:Un couvre-feu dans l’Extrême-Nord

Actualités societe : Insécurité:Un couvre-feu dans l’Extrême-Nord

Le gouverneur a mis sur pied des mesures particulières dans les départements du Mayo-Sava et du Mayo-Tsanaga pour lutter contre Boko-Haram.C’est dans la localité de Kolofata, département du Mayo-Sava, région de l’Extrême-Nord, que le gouverneur Awa Fonka Augustine a convié les responsables des forces de maintien de l’ordre et de défense de ladite région. Il était question pour le gouverneur d’évaluer la situation sécuritaire et sociale de la région. Au terme du dernier trimestre, il ressort selon les exposés des différents responsables des forces de maintien de l’ordre et de défense que la situation sécuritaire s’est dégradée.

Pour cette première réunion de coordination des services déconcentrés installés dans la région de l’Extrême-Nord, Awa Fonka Augustine a décidé d’instaurer un couvre-feu entre 19h et 5 h du matin sur l’ensemble des départements du Mayo-Sava et du Mayo-Tsanaga, des zones frontalières avec le nord du Nigeria.

D’après le gouverneur, cette mesure vise à sécuriser ces localités menacées par Boko- Haram. Il a demandé aux chefs traditionnels de réactiver les comités de vigilance dans les villages. « Nous voulons que les populations participent à la sécurisation de notre frontière. Il faut dénoncer auprès des forces de maintien de l’ordre et aux chefs traditionnels toute personne suspecte dans un village ou dans un quartier », a-t-il instruit.

Le gouverneur de la région de l’Extrême-Nord a également demandé de procéder à une fouille minutieuse et systématique des véhicules en provenance du Nigeria. Il a demandé aux responsables des forces de maintien de l’ordre de renforcer la fouille des conducteurs de moto.

Il ressort des exposés des différents responsables en charge de la sécurité que c’est à bord des motos que les islamistes de Boko Haram opèrent dans la région.

Sur l’évolution des recherches du prêtre français enlevé, les responsables de la police, de la gendarmerie, de l’armée et ceux du Bataillon d’intervention rapide (Bir) ont expliqué que les recherches se poursuivent le long de la frontière avec le Nigéria

Pour cette réunion du dernier trimestre de l’année 2013, le gouverneur de la région de l’Extrême- Nord a par ailleurs demandé aux chefs de la police, de la gendarmerie et du Bir de taire leurs divergences et de partager les informations entre eux pour une bonne action sur le terrain. Selon lui, le manque de résultats de la part des forces de maintien de l’ordre et de défense est dû simplement au manque de solidarité et de partage des renseignements entre policiers, gendarmes et militaires sur le terrain.

camernews-fouille-police

camernews-fouille-police