Accusé du viol d’une fillette de 8 Ans a Douala

Hermann Ngoufo, 36 ans, est aussi soupçonné d’avoir voulu assassiner sa victime en la jetant dans un puits d’eau.

Elle a de la peine à expliquer ce qui est arrivé à sa fille âgée de huit ans. Ernestine ouvre la bouche, la referme, rouvre de nouveau et finalement, lâche dans un long soupir : « je ne peux pas. Qu’est-ce que je vais vous dire ? ». Michel Kadji qui observe la scène avance : « la fillette a souffert. Il y avait du sang sur son slip ». Le voisin d’Ernestine explique que vendredi 17 juillet, Hermann Ngoufo, un homme âgé de 36 ans, a tenté de violer la petite. « Il n’a pas réussi à la pénétrer, car, elle se débattait. Elle a même réussi à s’échapper mais, il l’a attrapée et l’a jetée dans un puits. Par la grâce de Dieu, elle est sortie du puits.

C’est un miracle », dit-il. Interpellé dans la nuit de vendredi à samedi à 2 h du matin, alors qu’il s’apprêtait à quitter la ville, Hermann Ngoufo est actuellement gardé à vue à la brigade de Bakoko à Douala. Après quelques minutes de silence, Ernestine, habitante au quartier Mbanga Bakoko se calme et raconte: « vendredi aux environs de 13 h, j’ai envoyé ma fille puiser de l’eau au robinet.

Elle est revenue quelques minutes plus tard, en pleurant et toute mouillée. Elle m’a dit qu’Hermann, un voisin qui défrichait un terrain non loin de la maison, l’a arrêtée ». Elle s’interrompt. Près d’elle, la fillette qui passe en classe de Cours moyen première année (Cm1) tient un pot de yaourt à la main. Sa maman lui demande de le boire et elle regarde les passants dans la rue, sans faire le moindre geste.

« Je lui ai demandé ce qui se passait et elle m’a dit : ‘’Hermann, a retiré mon caleçon et est monté sur moi ‘’. J’ai regardé, et j’ai vu un liquide entre ses jambes, raconte Ernestine, le regard larmoyant. Je me suis mise à crier ». Les voisins accourent. La fillette leur explique alors qu’elle a réussi à s’échapper mais, qu’Hermann l’a « lancée dans un puits et a jeté des parpaings qu’elle esquivait».

« Lorsqu’il a constaté que la petite s’est échappée du puits, on ne sait par quelle miracle, il est retournée à la maison et a ramassé tout ce qu’il trouvait. Il s’est enfui », détaille Michel Kadji, par ailleurs tuteur d’Hermann. Les gendarmes de la brigade de Bakoko ont réussi à l’interpeller alors qu’il s’apprêtait à quitter la ville de Douala. La fillette a été conduite dans un centre de santé où elle a subi les premiers examens. « Lorsqu’on l’interroge, il dit que c’est la malchance qui l’a poussé à vouloir violer la petite », s’étonne un gendarme.