camernews-me-dorette-dissake

Accident de train d’Eséka: Un notaire introuvable depuis 4 jours, le Procureur de la République scelle son cabinet

Accident de train d’Eséka: Un notaire introuvable depuis 4 jours, le Procureur de la République scelle son cabinet

Pour l’autorité, il s’agit là des mesures conservatoires.

Depuis quatre jours MeDorette Dissake semble s’être volatilisée de la surface de la terre. Aucune nouvelle, aucune suite, car l’avocate qui avait son cabinet situé à l’avenue Foch au lieu-dit Capitole à Yaoundé, Région du Centre, était à bord du train 152 qui a déraillé le 21 octobre dernier à Eséka. Ses collaborateurs ont connu un choc insoutenable lorsque Georges Gérard Meka, le Procureur de la République, accompagné des forces de maintien de l’ordre et de Me Jacques Kwa-Mbette, notaire, décide de sceller le cabinet de la disparue.

Pour eux l’espoir ne semble plus permis. Me Dorette Dissake Kwa Enangue fait partie de ses personnes du train 152 qu’on ne retrouve pas jusqu’ici. Pour le Procureur, il s’agit des «mesures conservatoires». Le quotidien Le Jour qui relaie cette information dans son édition du 25 octobre 2016 rapporte que des battues ont été organisées sur le lieu du drame, dans les hôpitaux, pour ne citer que ces endroits, pour retrouver la trace de l’avocate. Le Procureur de la République n’a pas voulu attendre et a plutôt décidé de sécuriser les actes du cabinet de Me Dissake.

En fait, c’est Berthe Aurélie, sa fille, qui a alerté le monde sur sa page Facebook en indiquant que sa mère faisait partie des passagers du train 152. «Bonjour à tous ma mère était à bord du train qui a déraillé hier à Eséka et nous sommes sans nouvelles depuis. Un monsieur qui a récupéré son téléphone nous a assurés qu’il l’avait vue vivante. C’est pourquoi nous refusons de perdre espoir et remettons tout entre les mains de Dieu. Cependant chaque minute compte et j’ai besoin de vous pour partager sa photo au maximum en espérant que quelqu’un puisse l’identifier svp. Merci à tous».

camernews-me-dorette-dissake

camernews-me-dorette-dissake