Aboubakar Souleymanou : « Nous avons manqué de cohésion »

Aboubakar Souleymanou : « Nous avons manqué de cohésion »

L’entraineur national des U20 diagnostique le jeu de son équipe, tenue en échec (1-1) samedi par l’Afrique du Sud. Il parle des manquements de la préparation de ses joueurs pour ce match aller et s’en remet aux autorités pour permettre une meilleure préparation au match retour prévu dans deux semaines.

Ce match est selon vous une mauvaise opération pour le Cameroun ?

 

Parler de mauvaise opération, c’est trop dire. Nos adversaires sortent de quatre matches amicaux à travers l’Afrique de l’ouest pendant que nous sommes ici à Odza. On aurait aussi aimés aller nous frotter aux autres, parce que vous voyez, il y a beaucoup de jeunes qui découvrent le football. Jouer contre les équipes de la ligue professionnelle n’est pas suffisant. Mais, je vais dire que jouer un mauvais match et en sortir avec un nul (1-1), ce n’est pas mauvais. On peut aussi aller les gagner chez-eux.

 

Et qu’est-ce qui n’a pas fonctionné dans votre équipe ?

 

Nous manquons la cohésion. Les joueurs de Coton sport sont arrivés mardi, ceux de la légion étrangère, jeudi. Et bâtir une équipe avec ces retards n’est pas du tout facile. Donc, nous manquons la cohésion. Nous n’avons pas reconnu nos joueurs sur l’aire de jeu. Ce n’est pas de cette façon qu’ils ont l’habitude de jouer. Moi je pense que c’est une bonne leçon pour eux, et ça va leur permettre de bien préparer le prochain match.

 

Pourquoi avoir choisi de remplacer Kundé Malong alors qu’il venait à peine de faire une passe de but ?

 

Nous l’avons sorti parce qu’on estimait qu’il ne nous rendait pas service. Il a passé tout son temps à marcher sur l’aire de jeu. C’est un choix. C’est moi qui l’ai aligné, c’est moi qui décide de le sortir.

 

Qu’est-ce qui justifie l’absence de Fabrice Olinga que vous avez pourtant convoqué pour ce match ?

 

Olinga, nous a-t-on dit, est malade, ce qui reste à vérifier. Il n’y a pas qu’Olinga, il y a également Jean-Marie Dongou et Mbendé que nous avons convoqué et qui ne sont pas venus. Nous faisons avec ceux que nous avons sous la main.

 

Que prévoyez dans deux semaines au match retour pour tenter de renverser la tendance. Allez-vous libérer les professionnels de l’étranger et puis les rappeler quelques jours après pour préparer le retour ?

 

Nous sommes obligés de libérer les professionnels parce que nous dit-on, ce n’est pas la période Fifa. De ce point de vue, les clubs sont intransigeants. Ils vont rentrer dès demain (dimanche 17 août). Les convocations sont déjà parties. On verra s’ils seront libérés pour le match retour. Maintenant, on aura un plan B s’ils ne sont pas libérés. Mais, il faut que les autorités nous donnent les moyens de disputer les matchs amicaux à l’extérieur.

 

 

arton19311-44533