camernews-anne-marie-ndzie-balaf

À 82 ans, Anne-Marie Nzié écrit un 2e testament musical

À 82 ans, Anne-Marie Nzié écrit un 2e testament musical

Après « Beza Ba Dzo » en 1998, la Reine Mère du Bikutsi sort ce 20 décembre 2014, «My life, my songs»

Il y a encore une place pour les monstres sacrés dans l’arène musicale camerounaise. C’est ce qui semble se dégager de la démarche de Ruben Binam l’ancien pianiste et leader du groupe Macase, qui a décidé de réaliser cet énième album de celle qu’on surnomme la Voix d’Or, ou la Reine Mère du Bikutsi. Objectif : « Rendre hommage à l’ensemble de la carrière artistique de mama Nzié ».

L’œuvre annoncée dans les bacs la semaine prochaine revisite donc une dizaine de chansons cultes dans le répertoire de la diva qui fut l’une des toutes premières voix féminines de la chanson camerounaise dans les années 50 et 60. S’y ajoutent deux nouveaux titres : « Ma veme » et « Eto’o ». Tout ça swingue pas mal le long des douze titres de l’opus, entre jazz, bolobo, bikutsi et rumba.

Sœur cadette du grand guitariste Cromwell, Anne-Marie Nzié a joué de la guitare hawaïenne et surtout révélé au grand public sa voix exceptionnelle qui en fit l’une des artistes préférées de l’ex-président Ahidjoau même titre qu’Eboa Lottin.

Après le succès de l’album « Liberté » (1984), elle traversa une période difficile avant que René Ayina l’aide à remonter sur scène et que Brice Wassi réalise avec de grands noms de la musique camerounaise et internationale l’album «Beza Ba dzo » (1998) qui était déjà un premier testament de sa carrière d’une rarissime longévité.

Anne-Marie Nzié est avec Manu Dibango (80 ans depuis décembre 2013) l’artiste camerounaise la plus âgée et encore en activité.

 

camernews-anne-marie-ndzie-balaf

camernews-anne-marie-ndzie-balaf