Cameroun – Présidentielle 2018: Quand les femmes maires se mêlent aux appels à candidature

Elles l’ont lancé samedi dernier à Yaoundé en marge d’un séminaire national de renforcement des capacités des élues locales.

Du 27 au 28 mai dernier s’est tenu à Yaoundé un séminaire national de renforcement des capacités des élues locales. Organisé par le  Réseau de femmes élues locales d’Afrique, section du Cameroun (Refela-Cam), outre l’élaboration d’un plan triennal, ledit séminaire ambitionnait entre autres de  réfléchir sur les acquis et défis pour l’accès des femmes aux postes électifs, de susciter la prise des engagements fermes et réalistes pour des actions concrètes en faveur de la promotion de la femme, etc.

Pourtant, au vu des points non exhaustifs ci-dessus évoqués, rien n’indiquait que le Refela-Cam joindrait sa voix au concert national des appels en faveur de la candidature de Paul Biya à la prochaine présidentielle. Selon le quotidien Mutations en kiosque lundi 30 mai 2016,  c’est au terme de ce séminaire que le Refela-Cam, sous a conduite de sa Présidente Ketcha Courtès, a rendue publique une «motion de soutien, de déférence, de fidélité et d’appel à candidature au Chef de l’État, chef suprême des armées».

Une décision motivée par la considération des hautes instructions du Chef de l’État pour «la promotion du leadership féminin au niveau local, qui sont traduites par une nette progression du nombre de femmes maires», indique le journal.

Aussi, ces élues locales exhortent le Président de la République à renouveler son bail à la tête du pays. Par ailleurs, ce séminaire organisé en partenariat avec ONU Femmes, la Coopération allemande et le Fonds spécial d’Équipement et d’Intervention Intercommunale (FEICOM), a débouché sur l’élaboration du plan d’action triennal pour le Refela-Cam. Ce plan est articulé en plusieurs ponts parmi lesquels figure le plaidoyer pour le respect de la parité, et la réalisation des projets concrets, sources de promotion du leadership féminin.