7 dragues cultes qui nous ont rythmées au lycée

Il fut une époque où la technologie n’était pas encore ce qu’elle est aujourd’hui. Il n’y avait pas encore internet, les cellulaires n’étaient pas à la portée de tout le monde. Les choses étaient moins superficielles, l’originalité dans la drague était un fait et non un mythe. Les gars débordaient d’énergie et d’imagination pour paraître le plus original possible et faire flamber d’amour le cœur des petites. Beaucoup se reconnaîtrons sûrement parmi les sept dragues cultes suivantes :

  1.  Le rêveur :Celui qui s’était cru dans l’aristocratie du 16ieme siècle, pendant que les gens dorment dans la nuit, lui il invente les mots : « J’ai la tompitation de vous emportuparler de ce qui me pionlong le cœur … Donnez-moi l’impact pour m’accaparer votre cœur ». Entre nous hein, même quand la nga ne comprenait rien à rien, elle tombait d’abord !
  2.  “ Ton père est un voleur ; il a volé toutes les étoiles du ciel pour les mettre dans tes yeux.” Aie, l’autre ci quand tu sortais ça, la go fondait une fois comme le chocolat des sénégalais là. Je suis même certain qu’une fois rentrée chez elle, elle courait regarder ses yeux dans le miroir pour voir aussi les étoiles là. Vrai vrai l’amour nous rendait un peu con !.
  3.  L’écrivain : il avait un don pour l’écriture, enfin surtout en ce qui concerne les lettres pour les nga. Comme il avait plus de courage quand il écrivait, le gars se défoulait seulement la-bas. Mon frère, sur 100 mots, 80 étaient seulement les ‘je t’aime’. Il en abusait tellement que la lettre n’avait plus de sens. Il les mettait en cachette dans le sac de la fille, de telle sorte qu’elle ne le découvre qu’à la maison. Malheur à lui si la nga ne tombe pas, c’est la honte qui va le gérer le lendemain quand il va se rendre compte qu’elle a montré ça à toute la classe. Ndem
  4. Le gars carré : celui-ci n’est pas imaginatif ; il prépare son plan de drague dans la tête, mémorise les paroles qu’il va dire. Quand il go voir la fille, il déballe tout comme si c’était la radio. Il suffit que la nga réponde par une question qu’il n’avait pas prévu et … bimm, le gars est bloqué. Voilà là où son ndem comot.Ex : Lui : je voulais te dire que tu me plais.
    Elle : Je te plais comment ?
    Lui : euh … (le maquisard ne sait plus quoi dire, il n’avait pas préparé la partie du film là)
  5.  La drague du gars qui a les ronds : Comme il ne sait pas faire tomber les filles par la tchatche, il fait tomber leur cœur avec les cadeaux. Il passe son temps à inviter la fille à la boulangerie, au resto du lycée, au pain soya, au glacier, au ciné le samedi,  afin qu’elle tombe sous son charme. Un système qui marchait bien à cause de ses moyens même s’il était un peu laid ; d’ailleurs, est ce que l’argent a une couleur ?
  6. La drague du gars mignon : Celui sur qui toutes les filles du kwat ou de l’école mourraient. Très souvent c’était celui un peu clair de peau ou métis. Il n’avait pas besoin de beaucoup parler, même si parfois il pouvait être un fin dragueur. Juste sa mignoncité suffisait à attirer les filles et se faire draguer. Il avait conscience de son atout physique. C’était en fait ça sa drague, attirer par son physique.
  7.  L’ami des filles : Lui son modèle c’était de faire ami-ami avec les filles, d’être leur confident. Toujours en train de traîner avec les filles de la classe, elles le trouvaient toutes sympathique et gentil. Tellement gentil que parfois on le surprenait à être le ‘porteur de sac’ de certaines. Sa technique c’était donc de se rapprocher au plus près d’elles, de nouer une amitié qui se transformera en ndolo sans que la fille ne s’en rende compte. Ou alors de wait quand elles sont tristes après une rupture pour jouer les pompiers.

C’était une époque magique tout de même, où on se marrait bien de ces histoires vécues au quotidien. Je me suis arrêté à 7 points, mais la liste est encore longue, je vous laisse le soin de compléter en commentaire afin de partager ce vécu avec tout le monde.

Peace !