Kisito Eloundou. ?l’?innovation avec trois locaux est salutaire?

L’entraîneur de football pose un regard sur la liste des joueurs convoqués par Hugo Broos.

Qu’est-ce qui vous a frappé de prime abord lorsque vous regardez la liste publiée par Hugo Broos pour la double confrontation France – Cameroun et Mauritanie – Cameroun ?

La première des choses à relever sur cette liste est l’absence du capitaine. La deuxième chose est l’absence de Dany Ndy, même si je n’ai pas beaucoup d’informations et de renseignements sur lui en ce moment. Pour le cas du capitaine, lorsqu’on a ce titre et qu’on n’est même pas titulaire, on est là pour galvaniser, accompagner le groupe. Mais, s’il est suspendu comme j’ai entendu dire de la Fécafoot, cela veut dire que son absence se justifie.

Au niveau des gardiens de buts, est-ce ceux qui étaient attendus ?

En l’absence de Carlos Kameni qui sort de blessure, l’entraîneur n’a pas voulu prendre le risque de le brûler pour cette occasion. Il est clair qu’en l’absence de Kameni, c’est le standard (Ndy Assembé, Ondoua et Onana, ndlr) que nous avons. Les trois gardiens ont leur place. J’ai toujours dit que le but qu’on a voulu attribué à Guy Roland Ndy Assembe, ne saurait être vu comme cela. Dans toutes les écoles, lorsqu’une défense est haute et que tous les défenseurs sont au niveau du rond central, il est de bon ton que le gardien de buts soit à l’entrée de la surface de réparation.

Dans le compartiment défensif, il y a une révolution avec des nouveaux …

Ici, il y a une innovation avec trois joueurs locaux. Et ce n’est pas une surprise, parce que ces trois ont attiré des regards pendant le dernier Chan 2016 et continuent à briller en championnat local. Je crois que l’axe central de la défense s’est montré assez volontaire, même s’il y a eu beaucoup de déchets. Je pense que le coach a pensé à les amener à ce niveau pour mieux apprendre afin de vivre de près ce qu’ils pouvaient voir de loin. Ce qui va leur permettre de grandir en interne. Cette innovation avec trois joueurs locaux est salutaire. Cela renvoi à la motivation psychologique dans le championnat, pour que les joueurs locaux comprennent que leurs efforts ne sont pas vains et qu’ils sont appelés à beaucoup travailler pour mériter une place au soleil.

L’entraîneur national n’a retenu que quatre milieux de terrain. Qu’en dites-vous ?

Cela veut dire que dans son casting, il a des joueurs polyvalents qu’il peut transformer à d’autres postes. Le football se résume aujourd’hui dans le positionnement, déplacement et le replacement. Donc, si vous avez des joueurs sur le côté, comme un latéral capable de se porter vers l’avant en situation offensive, vous pouvez l’utiliser comme milieu de terrain offensif par moment. Tout dépend de la philosophie de l’entraîneur. Tout ce que nous disons est spéculation, parce que nous sommes outillés pour regarder par rapport aux profils des joueurs. S’il n’a appelé que quatre milieux de terrain, c’est qu’il a misé sur la polyvalence des éléments de son groupe.

Quelle appréciation faites-vous des joueurs appelés dans le compartiment offensif?

C’est le compartiment qui est le plus enrichi, avec le retour de Moukandjo, Njié Clinton et Choupo-Moting. Ce sont des joueurs qu’on ne présente plus. Nous connaissons leurs capacités offensives. Maintenant il est question de capitaliser ces avoirs et les utiliser à bon escient. Je reste convaincu que si vous utilisez Njié Clinton en cherchant à lui donner le ballon au pied, il ne va pas beaucoup nous apporter. Par contre, si nous jouons véritablement dans les espaces avec lui, nous allons beaucoup gagner. Choupo-Moting est l’homme de la balle au pied et il faut simplement que le coach essaye d’utiliser chaque joueur dans son registre. Et c’est ça qu’on appelle aussi dans la maxime des sélections professionnelles, le respect de l’acteur, de l’artiste, en l’utilisant là où il se sentira à l’aise. Maintenant, dans l’animation, l’entraîneur doit pouvoir apporter sa touche pour l’orienter par rapport à l’animation offensive et défensive. Aujourd’hui, le football moderne voudrait que lorsqu’on est milieu offensif, c’est à partir de là que commence la défense.