«Djangui», une application pour gérer les tontines en ligne

L’invention est du Camerounais Jules Guilain Kenfack, ingénieur en informatique et télécommunications

 

« Djangui », cette appellation locale des « tontines » au Cameroun est aussi le nom de baptême choisi par Jules Guilain Kenfack. Grâce à cette application, explique son concepteur, « des amis éparpillés à travers le monde peuvent remplir toutes les obligations liées à une tontine ».

« Djangui », sert à payer de façon sécurisée ses droits de tontine via Paypal, Orange Money et MTN Mobile Money ; discuter avec les membres de la « réunion » grâce à un service de messagerie instantané ; faire des tirages au sort automatiques ; voter les membres du bureau et avoir des comptes rendus des réunions précédentes. La nouvelle application sert aussi à faire des emprunts dans le compte de la tontine, rédiger les rapports des réunions qui peuvent également se faire par vidéo-conférence, etc.

 

 

Selon le document de stratégie de la microfinance au Cameroun réalisé par le ministère des Finances en avril 2013, les tontines camerounaises brassent une enveloppe globale d’environ 190 milliards de F CFA. Ce document indique par ailleurs que 58% des Camerounais préfèrent les tontines parce que les placements y sont très rémunérateurs et l’accès au crédit moins contraignant que dans les banques et les établissements de microfinance.

A en croire Jules Guilain Kenfack, « Djangui » est déjà expérimentée « avec succès » en Allemagne, par quatre tontines de ressortissants camerounais vivants en Occident.