Cameroun – Nécrologie: Joseph Ndi Samba succombe à une longue maladie

« Je le savais malade et fatigué, le patriarche Joseph Ndi Samba, fut un linguiste et un entrepreneur parmi les premiers dans l’éducation privée laïc au Cameroun.

Il avait commencé par les cours du soir ensuite des collèges et une université.» rapporte Vincent Sosthène Fouda, proche de la famille. Joseph Ndi Samba n’est plus. Le fondateur de l’Institut privée d’enseignement supérieur Samba est décédé ce vendredi 13 mai 2016 à l’hôpital général de Yaoundé des suites d’une longue maladie. Fondateur de l’Institut privée d’enseignement supérieur (Ipes) Samba, celui qui était par ailleurs président de l’Association des promoteurs Ipes dépose les armes à près de 80 ans. Enseignant, Joseph Ndi Samba avait également la casquette d’homme politique, puisqu’il était maire de Nkol-Metet dans le département du Nyong-et-So’o, région du Centre. Homme d’affaires, ce fils du Village Ayéné, de l’ethnie Mvog-Ndi, a fortement contribué à la formation de nombreux jeunes grâce au groupe scolaire Ndi Samba dont il était le président directeur général (PDG). Il a également fondé la télévision Samba tv et la Radio Lumière.
Vincent

Sosthène Fouda: Ndi Samba, un homme de gaité
« Je crois qu’il s’intéressait à tout car il pensait que tout est signe de notre société, voilà pourquoi il est devenu un bâtisseur d’hommes et de bâtiments. Je garde en mémoire beaucoup de souvenirs de Joseph Ndi-Samba, père et beau-père, homme de confiance dans le groupe Ekang comme on n’en compte plus vraiment. Un homme singulier dans ses rapports à la vie comme à la mort, une énigme intellectuelle dans cette partie du Cameroun qu’est la région du Centre. Il était d’une érudition embarrassante pour ceux qui se frottaient à lui, ce fut un homme de gaité, afang et avuman dans la culture sienne. C’est donc un adzap dans toute sa splendeur qui est arraché de terre mais cet arrachement nous permet de mieux apprécier ses racines ».