Cameroun – Élection du président du Sénat: Les raisons du choix et du maintien de Marcel Niat Njifenji au perchoir

D’aucuns ont cru à son éviction à la présidence du Sénat.

Le journal L’Épervier édition du 6 mai 2016 souligne que certaines personnes ont cru que Marcel  Njifenjine serait plus à la tête de la chambre haute du Parlement: le Sénat. Le journal indique que ce sont cespersonnes qui sont en réalité des «conseillers toxiques» du Président de la République et qui «n’ont jamais rêvé de voir Marcel Niat Njifenji incarnant la 2e personnalité du Cameroun».

Selon le journal, les années passées au service du Cameroun sont à l’origine de la confiance que le Chef de l’État a placée en lui. On lui reconnaît un riche parcours dans l’administration, de bons et loyaux services rendus pour assurer le bien-être des Camerounais dans le domaine énergétique et hydraulique dans les années 1983 et 2000. Retraité à la SONEL et à la Mairie de Bangangté, Niat Njifenji reste le seul ancien membre du Gouvernement de la Région de l’Ouest «qui est revenu aux affaires après son départ» de celui-ci.

Il faut dire que l’actuel président du Sénat est arrivé au parlement grâce au Chef de l’État. 70 sénateurs avaient été élus et 30 nommé par le Président de la République. C’est donc par-là que Marcel Niat s’est retrouvé parmi les trois sénateurs nommés dans la Région de l’Ouest. Le 14 mai 2013, il devient le premier président de la chambre haute du Cameroun «devant d’autres figures politiques qui vendaient cher leur peau au marché des pronostics», précise le journal.