Cameroun :Restriction des libertés , Comment les forces de l’ordre ont empêché le meeting du MRC à Bertoua

La délégation du MRC partie de Yaoundé avec à sa tête son président Maurice Kamto, n’a pu tenir la réunion prévue le 30 avril 2016.

Le Gouvernement camerounais a-t-il un problème contre le Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) ? Cette interrogation est revenue à la Une de plusieurs parutions le 26 avril 2016, au lendemain de la rencontre au forceps entre René Emmanuel Sadi, le Ministre de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation et le leader du MRC, Maurice Kamto.

Exaspérés par les interdictions systématiques de leurs manifestations publiques par les autorités administratives, les militants de ce parti, créé en août 2012, avaient entrepris de rencontrer le MINATD en personne pour lui signifier leur indignation. Ils espéraient aussi obtenir de René Sadi l’autorisation pour la tenue à Bertoua de leur meeting prévu le 30 avril et interdit quelques jours auparavant par le Sous-préfet de Bertoua 1er.

Cette action n’a visiblement pas porté ses fruits. La réunion du MRC dans la capitale régionale de l’Est ne s’est finalement pas tenue. La faute aux forces de l’ordre qui ont quadrillé Bertoua. Selon plusieurs témoignages concordants, il y avait à l’entrée de la ville une escouade de policiers et de gendarmes dont la mission était d’empêcher la tenue du meeting.

Joint au téléphone,  le Secrétaire national adjoint du parti, chargé de la formation et de l’organisation, raconte ce qui s’est passé: «La délégation du président Maurice Kamto est arrivée à l’entrée de Bertoua autour de 11h. À environ 5 kilomètres du centre-ville, les forces de l’ordre nous ont signifié que le Gouverneur avait interdit la manifestation. Nous leur avons demandé s’il y avait un document écrit qui matérialisait l’interdiction, ce qu’elles n’avaient pas», indique Joseph Thierry Okala Ebodé.

«Nous avons donc décidé d’entrer dans la ville. À partir de ce moment, avons subi au moins une vingtaine de contrôles des forces de sécurité. Nous leur avons signifié que même, à pied, on était déterminés à se rendre dans la ville. C’est ainsi qu’elles ont convenu de nous accompagner au quartier Tindamba, chez le représentant régional du MRC. Après que le président a échangé avec les militants, nous avons repris la route autour de 15h», renseigne notre interlocuteur.

Une autre manifestation du parti de Maurice Kamto interdite, cette fois par le MINATD lui-même, soutient-on au MRC.