Cameroun: la friperie gagne du terrain à Garoua

A tous les endroits, les étalages ne cessent de pousser comme des champignons le long des artères de la Région, malgré les incursions de la secte Boko Haram.

A Garoua, chaque arrondissement, chaque village  à son espace de friperie, communément appelé « Gonji ». Les articles qui y sont vendus n’attirent plus seulement les populations démunies. Des jeunes issues de familles riches dédaignent les grandes vitrines du grand marché Yelwa, principaux centre d’affaires, pour se retrouver au camp chinois, au ‘’black-market’’, à Takasko, ou encore au marché de friperie de Ouro-Labo, pour se disputer des fringues de seconde main avec les jeunes des quartiers populaires. Au marché de «Ouro-labo», situé dans la commune de Garoua 2e, tous les mardis, les populations affluent de partout pour se procurer d’un article à vil prix. A Yelwa, camp chinois, Pitoa, Ngong, Roumde-Adjia, c’est le même scénario. Il ne se passe pas un seul jour sans que de dizaine de ballots de friperie ne soient ‘’cassées’’, signe que le business se porte bien. Et à chaque ouverture de ballot, hommes, femmes, jeunes et vieillards

confondus, riches et pauvres y accourent. Tous sont animés d’un même souci : être le premier à faire de bonnes affaires surtout lors des arrivages des articles de premier choix.
En fait, les raisons d’une telle affluence sont multiples et ne se limitent pas seulement à la simple question de moyens financiers. Selon plusieurs témoignages, les vêtements proposés par les grossistes et détaillants de friperie, pas toujours neufs, sont d’une qualité nettement supérieure à celles que proposent les grands magasins et boutiques. Les populations quant à elles estiment qu’acheter un article dans la friperie revient nettement plus moins cher que dans un grand magasin. Surtout que, certains magasins se ravitaillent dans les friperies, pour ce qui est des articles de 1er choix. Par ailleurs, si les marchés de friperie attirent du monde, c’est aussi à cause de la pluralité des marchandises qu’on y trouve. De plus, sur les marchés de « brode », autre appellation de friperie, acheteurs et vendeurs ont la possibilité de marchander à volonté.
Le vocable «friperie» ne concerne pas que des vêtements. Ce terme sous-entend également des chaussures, sacs à main, sacs de voyage, nounours, ustensiles de cuisine, lingerie, rideaux, serviettes de table et bien d’autres encore, et ayant déjà servis sous d’autres cieux.