Cameroun – Enseignement secondaire : 1000 fonctionnaires à mettre à la retraite en 2016

C’est la teneur d’un communiqué rendu public par le patron de ce département ministériel.

Le départ à la retraite au Cameroun n’est pas toujours considéré comme «un repos mérité». Une perception qui prend sa source depuis les hautes sphères de la République. Ainsi, le départ à la retraite, est une évidence redoutée des fonctionnaires et autres travailleurs. Un fait qui s’est une fois de plus vérifié le 14 janvier dernier, lors de la cérémonie de présentation des vœux de nouvel an 2016 au ministre de l’Habitat et du Développement urbain, Jean Claude Mbwentchou. 24 agents de son département ministériel ont été admis à faire valoir leurs droits à la retraite. Un évènement qui a valu des propos rassurants du patron de ce ministère : «c’est normal, c’est dans la norme. Le Premier ministre nous a instruit de respecter les textes. Ces départs à la retraite ne sont pas à tête chercheuse», expliquait M. Mbwentchou à l’endroit des désormais retraités. Quitter la scène semble difficile, rappeler aux personnes retraitées qu’elles ont rendu de loyaux services à la nation ne semble pas toujours suffisant. Il faut rassurer, voire s’expliquer.

Pourtant, une fois intégré à la Fonction publique, chaque fonctionnaire sait à quoi s’attendre. A savoir, départ à la retraite à 55 ans pour les fonctionnaires les plus gradés, 60 ans pour les enseignants, 60 ans pour les personnels des entreprises privées et publiques, 63 ans pour les généraux les plus hauts gradés, 65 ans pour les professeurs de rang magistral. S’il fallait encore le rappeler aux fonctionnaires, le ministre des Enseignements secondaires (Minesec), Jean Ernest Ngalle Bibehe, s’en est chargé via un communiqué au travers duquel il recense 1000 fonctionnaires qui devront aller en retraite en 2016. Il rappelle que «dans la perspective de la liquidation des droits à pensions des personnels, au titre de l’exercice 2016, j’ai l’honneur de demander aux personnels en service dans les structures du Minesec dont les noms sont repris sur la liste ci-jointe, de bien vouloir tenir à la direction des ressources humaines, leurs dossiers de retraite».

Procédure

Ces derniers devront mettre à la disposition des ressources humaines une demande timbrée (précisant le grade, le nom, le numéro de téléphone, le matricule solde), une copie conforme du contrat et/ou de l’arrêté ou décret d’intégration et/ou de reclassement, et/ou avancement de grade, le dernier acte d’avancement. Comme autres pièces à fournir, les intéressés doivent se munir d’un certificat de domicile, d’une copie certifiée conforme de l’acte de mariage (autorité administrative), d’une copie certifiée conforme des actes de naissance des enfants mineurs, de certificat(s) de scolarité des enfants mineurs, d’un certificat de vie collectif des enfants mineurs, d’un bulletin de solde récent et d’un certificat d’individualité.

Cette opération de toilettage dans les ministères est en conformité avec les prescriptions faites par le Premier ministre, Philemon Yang aux membres du nouveau gouvernement, en novembre dernier. Lors de sa première rencontre avec l’équipe gouvernemental du 02 octobre dernier, Philemon Yang a convié les ministres à «». On espère que cette mouvance va perdurer. Car, au lendemain de sa nomination le 30 juin 2009, Philemon Yang avait reçu comme instruction du chef de l’Etat Paul Biya de régler en priorité la question de la mise à la retraite des hauts fonctionnaires ayant atteint la limite d’âge. En octobre 2009, le Premier ministre ordonnait à chaque ministère d’enclencher la procédure. Des directives qui n’ont pas été suivies d’effets.