Cameroun: La Journée panafricaine des postes se célèbre ce 18 janvier 2016 sous le thème «La Poste, catalyseur du développement socio-économique»

La Communauté postale africaine célèbre ce jour 18 janvier 2016, la journée panafricaine des postes. Pour cette édition, le thème choisi est: «La Poste, catalyseur du développement socio-économique»

Dans sa déclaration à l’occasion de cette journée, le secrétaire général de l’Union panafricaine (UPAP), M. Younouss Djibrine, a fait savoir que la communauté postale africaine a mis l’accent, ces trois dernières décennies, sur les moteurs clés de la transformation du secteur postal, en réponse aux attentes des clients et à l’évolution de l’environnement des affaires.

Il s’est dit satisfait que la poste ait tiré profit des opportunités émergentes dans l’environnement des affaires, notamment les plateformes et innovations de TIC, afin de répondre aux besoins et attentes du marché. En effet, selon Monsieur Younouss Djibrine, les bureaux de poste sont désormais de véritables centres d’affaires et des centres modernes de communication, où le client a accès au courrier électronique, à  l’internet, aux transferts électroniques d’argent, au courrier hybride, au règlement des factures de services publics, la formation à l’utilisation des TIC aux services administratifs en ligne, etc.

Il est à noter que la célébration de la journée panafricaine des Postes intervient au moment où le rôle du secteur postal ne semble plus lui être reconnu et apprécié à sa juste valeur dans plusieurs pays, notamment les pays en développement. Les idées erronées que se font actuellement la plupart des personnes sur le secteur découlent généralement d’une certaine méconnaissance de son adaptabilité perpétuelle.

En effet, selon le secrétaire général de l’Upap, l’organe spécialisé de l’Union africaine, nombreux sont ceux qui croient que la Poste ne se limite qu’au courrier physique et au service des mandats postaux traditionnels et que, par conséquent, l’ère numérique est venue sonner le glas de ces activités. «Que non ! Rien ne pourrait être aussi éloigné de la réalité. De nouveaux cadres institutionnels, issus de nouvelles politiques et lois sectorielles ont été désormais mis en place, engendrant une libéralisation sans précédent de l’industrie et des services postaux. Dans la plupart des pays, les services postaux ont connu une séparation aussi bien verticale d’avec les ministères qu’horizontale d’avec les Télécommunications, puis transformés en entreprises autonomes. L’avènement de l’ère numérique, particulièrement de l’internet, a accentué la pression, le rythme et le besoin de changement. Ces changements ne sont pas passés inaperçus chez les parties prenantes du secteur postal; d’où la poussée vers la réinvention des services postaux pour rester pertinent et compétitif».

Et c’est dans ce cadre que la nouvelle poste se positionne comme le facilitateur idéal de domaines d’activité économique, en offrant une solution de guichet unique aux adeptes des achats en ligne, grâce à ses trois dimensions (physique, financière et électronique). Dans ce but, toutes les régions du monde y compris l’Afrique, ont identifié le commerce électronique comme étant la priorité n°1, dans le cadre de l’élaboration de la future stratégie postale mondiale pour le prochain cycle du Congrès de l’Union postale universelle, prévue en 2016 à Istanbul, en Turquie.