L’adjoint du sous prefet tabasse un pauvre camerounais a Bertoua

Il s’appelle Mbang Eric. C’est un père de famille. Comme beaucoup de nos parents, à Bertoua, il détient un petit bar avec lequel il nourrit sa famille mais les choses tourneront mal pour lui dans la nuit du 31 au 1er janvier alors que ce dernier souhaitait comme tout le monde engager une année sur de bonnes bases.

Le 1er janvier, le Sous préfet, adjoint, commissaire spécial et son adjoint, Bidzogo Mbida parfait Bertrand. Ils arrivent au débit de boisson et demandent pourquoi le dehors n’est pas éclairé. Monsieur Mbang Éric de son nom,propriétaire du bar répond que l’ampoule s’est juste grillée. Le sous préfet lui demande de fermer son bar. Et autre motif, les entrées sont fermées et c’est interdit. Il a ouvert les portes. La caravane du sous préfet a continué sa tournée vers d’autres bars. Par la suite, le commissaire spécial demande donc à ce monsieur de mettre juste une ampoule claire dehors et rester ouvert.

Le monsieur reste donc pour s’exécuter. Sauf qu’il est 23h- 00h le 1 er janvier, il faut du temps pour trouver une ampoule. Sinon envoyer quelqu’un prendre celui qui est à la maison. C’est comme cela que ça se passe chez nous La caravane revient.

Et le sous préfet demande pourquoi ce bar est toujours ouvert ? Le monsieur vient lui expliquer qu’il est entrain de chercher une réglette et que le commissaire présent à demandé juste de mettre une réglette. Le sous-prefet demande à nouveau qu’on ferme s’en va. A lors que Mbang Eric commence à s’exécuter, l’adjoint du sous préfet lui demande de ôter son chapeau. Avant que le monsieur s’exécute, il enlève la casquette du monsieur qui a l’âge de son père, le jette par terre et le piétine avec les pieds. Dans sa violence, ses téléphones tombent. Un autre ami les récupère. Par la suite, il administre une gifle au barman. Le gars tombe. Le monsieur lui demande étant au sol : J’ai fait quoi ? Le propriétaire du bar sera par la suite copieusement tabassé par Bidzogo Bertrand qui par la suite demande à l’officier Medja Didier d’enfermer ce père d’enfant dans la nuit du 31 au 1er janvier.

Mbang a passé la nuit dans une cellule du commissariat au sol, le visage tuméfié sans soins médicaux et violenté sans jamais avoir été entendu. Relâché le lendemain suite à l’intervention de valeureux citoyens il a un certificat d’incapacité de 60 JOURS…. AINSI VA NOTRE PAYS… Il faut dénoncer ce type de comportements et félicitations aux concitoyens qui ont volé au secours de ce monsieur.