Cameroun: message de nouvel an de Patty Bebe!

Chères sœurs, chers frères, en cette année 2016, je voudrais formuler mes voeux, mieux, exprimer ma pensée à l’attention de tous les Africains. Tout d’abord, je souhaite nous inviter à parler désormais de résistance africaine en lieu et place de l’unité. L’unité étant un idéal qui demeure vide de sens, pensée telle qu’on voudrait nous la vendre. Nous devons résister face à ceux (les élus) qui trahissent notre confiance, nous manipulent, nous divisent, nous prostituent, nous infantilisent, nous déraisonnent et détournent nos intérêts dans l’unique but de régner en maitres absolus sur nos richesses. Je souhaite 2016, l’année d’un éveil massif et d’une lutte acharnée qui nous conduisent à nos libertés mentale, culturelle et spirituelle emprisonnées par une oligarchie africaine qui ne sait pas joindre des actions à leurs promesses et qui fait de nous une masse réduite à la mandicité. Pour 2016, je souhaite à nous TOUS, Africains mais surtout aux Camerounais d’avoir le courage de sortir des chemins battus pour définir ensemble notre propre destinée afin d’exprimer le génie qui sommeille en NOUS. Personnellement, je vois une nouvelle année plein d’engagements de jeunes dans les combats qui sont les leurs. Et ils sont nombreux !

Aux décideurs, je dirai qu’il ne suffit pas fixer des caps et d’instruire pour que les choses se fassent d’elles-mêmes. Sortez de vos salons dorés, descendez sur le terrain vérifier l’exécution du travail demandé, touchez du doigt les réalités ! Elles sont différentes des résumés qui vous sont servis dans des étoffes diamantés par vos collaborateurs à qui on peut sans hésitation décerner des médailles de chevalier d’ordre du mensonge et de la fourberie. Ayez le courage de mener les réformes nécessaires à TOUS les niveaux : éducation, santé, finance , communication, sécurité, habitat, social… non pas dans le but de museler davantage la pensée et les libertés individuelles mais plutôt pour les faire émerger et permettre à TOUS les Camerounais de vivre décemment et dignement.

Pourquoi n’introduirons-nous pas une assurance maladie et une aide sociale minimale pour TOUS ? Pourquoi ne mettrons-nous pas sur pied un numéro personnel unique pouvant nous aider à identifier chacun de nous et à réduire la fraude identitaire, l’impunité, les détournements des derniers publics… ? Qu’attendons-nous pour recenser et nommer chaque rue, chaque ruelle et introduire le système d’adresse permanante obligatoire dans notre identification afin de faciliter les récensements, limiter les fraudes et doublons administratifs, responsabiliser les bailleurs et les locataires, faciliter aux agents de sécurité la recherche des auteurs de délits, bref mieux organiser la gestion de l’espace publique? Des pays moins nantis que le nôtre en sont capables et pourquoi pas nous ?

Aux 250 ethnies camerounaises, faisons-nous concurrence dans la loyauté! Que chaque ethnie innove, incite la commune dont elle est originaire à innover et amène les autres à l’imiter. Rendons-nous compte de nos problèmes, assumons-les et prenons la responsabilité. Cela commence par un changement individuel. Nous ne saurons réclamer un changement, je dirai une évolution, sans en être les vecteurs ? Oui nous avons besoin de beaux aéroports, de beaux hôpitaux, de beaux établissements scolaires, des cantines scolaires, des centres de santés équipés, de beaux axes routiers éclairés, des grands ports et des business centers…mais comment est-ce possible si nous n’avons pas l’énergie, base de toute réussite économique, industrielle et sociale dans le monde actuel?

Ne rêvons pas de voir nos dirigeants changer de méthode d’un jour au lendemain sans notre pression. Non, nos gouvernants ne le feront jamais car ils n’ont pas conscience de nos besoins réels et prioritaires. Ils ne connaissent pas les besoins de la masse car ils n’ont pas le même train de vie que nous. Alors oui, prenons notre responsabilité en cette nouvelle année et donnons un autre visage de nous, innovons, scrutons les activités de nos différentes communes, informons les populations à propos, aidons les uns et les autres à devenir des citoyens. Engageons-nous ! La base d’une économie moderne je disais plus haut c’est l’énergie. On ne le dira jamais assez ! Peut-on parler de croissance dans un pays où 75% de la population s’éclaire à la lampe tempête ? Peut-on former la relève de demain en laissant les jeunes étudier à la bougie ? Peut-on préparer une société responsable en intimidant, en assassinant la libre pensée ? Nos universités au lieu être des lieux de

formation responsable et citoyennne se sont transformées en des mourroirs intellectuels où se défient sexe, drogue et affairisme. Nos hoptitaux jadis des places qui sauvaient des vies sont désormais des centres de trafic d’êtres et organes humains… Nos décideurs au lieu de gérer les affaires de l’Etat se comportent tels des actionnaires des multinationales étrangères. Nous devons les secouer pour qu’ils s’en rendent compte et nous proposent des solutions pratiques, durables et endogènes. Les plans d’urgences n’ont jamais résolus des problèmes si importants, ce sont des pansements sur des plaies cancérogènes ! Ils sont simplement la preuve que l’on est à court d’idée et manque de notion de priorité, qu’on a échoué et refuse de l’admettre. Cela n’a que trop duré et durera encore des décennies si nous ne prenons pas nos responsabilités.

Attention, pendant ce temps d’autres pays africains avancent à grands pas. Les cas du Rwanda, de la Guinée Equatoriale, du Nigéria nous interpellent ou encore celui du Gabon, unique pays de la Cemac classé moyennement développé dans le rapport IDH du PNUD en 2015. Parlant de ce rapport même si je doute de la fiabilité et de la transparence de la méthode analytique appliquée, le Cameroun notre pays y est classé 23è pays africain et 153è mondial avec un RNB -1. Cela témoigne de la gravité des inégalités sociales, le RNB/ha et l’IDH se tennant et dépendant l’un et l’autre du revenu. Et qui dit revenu dit source de revenu et qui dit source de revenu parle emploi, salarié ou non salarié. Nous savons le chômage endémique chez nous avec près de 40% de sans emplois. Je parle de 40% de camerounais qui n’ont aucun revenu, pas même celui obtenu par la débrouillardise. Le chiffre de centaines de milliers d’emplois créés en 2015, avancé dans le discours du président du Cameroun en fin d’année est donc mensongier. Avec le rapport du PNUD et un discours mensongier, le cap de l’émergence 2035 devient une vue d’esprit si nous ne changeons pas de régime. Il confirme simplement l’illusion dans laquelle les pays totalitaires aiment renfermer leurs populations afin de gagner du temps. Il n’y aura pas d’émergence, ni en 2035 ni en 2100 si ce régime perdure car il est fabricant d’une élite paraisseuse, fanfaronne, jouissive, inculte, cleptomane et sans imagination à l’image de la société qui l’a formée, la société française !

J’ai pourtant la ferme conviction grâce à l’ingéniosité des jeunes et leur ouverture sur le monde par les nouvelles technolgies de l’informations, génératrices d’emploi, que nous pouvons remettre le Cameroun sur le chemin de la croissance, de la culturalité et de la modernité. Nous pouvons améliorer les conditions de vie de nos sœurs et frères. Mais cela n’est possible que si nous reconnaissons nos responsabilités, si nous nous engageons et prenons notre destinée en mains. Il est urgent d’abandonner la culture étrangère dans nos actes quotidiens. Un pays ne saurait se développer en ignorant son histoire, sa culture et en marginalisant les femmes, les personnes handicapées ou démunies. Sans quitter l’école occidentale qui sert plus les intérêts des olligarchies africaines et occidentales, 2016 doit être cette année du retour à nos origines, qui introduira et maintiendra enfin dans nos programmes scolaires nos classiques et les livres d’histoire écrits sans complaisance par nos écrivains.

Je me suis souvent retenue de poser ces quelques questions mais je le ferai aujourd’hui. Qui peut me donner la signification des broderies sur les képis et tenues d’apparat de nos armées et magistrats (préfets, gouverneurs, sous-préfets)? Que répresente les feuilles de chênes et de lauriers brodées sur celles-ci dans la symbolique camerounaise/africaine? Qui peut me donner la signification dans nos sociétés endogènes de ces grosses chaînes en or massif que portent certains présidents des institutions francophones pendant la passassion de pouvoir ? Qui peut me dire pourquoi nos magistrats de tribunaux portent des perruques blanches ? Est-ce Africains ? Pourquoi nos préfets, gouverneurs, sous-préfets ne porteraient-ils pas un tissu en imprimé africain ? Décidemment, oui décidemment, l’année 2016 ne manque pas de quoi nous occuper. Les Camerounais avec d’autres pays de la zone devraient accentuer le combat pour abandonner le FCFA. Issue non négociable car c’est une possibilité que chaque dirigeant de la zone a le droit d’user sur simple décret sans avoir à rendre compte au trésor français. Ce n’est pas pour rien que la France à l’intension de renégocier les clauses de cette monnaie d’esclaves. Elle sait que nous n’avons pas de compte à lui rendre si nous venons à décider de laisser tomber le FCFA dont elle est l’unique bénéficiaire. Ne nous leurrons pas, ce qui mystifie le FCFA c’est l’absence de communication entre les dirigeants et les peuples des zones concernées et rien de plus. Nous avons le devoir de travailler à changer cela encore plus intensement cette année !

Je serai peut-être extrême en proposant pour ce qui est du Cameroun, de changer de drapeau et de dévise pour en adopter ceux aux couleurs qui inspirent la paix, le courage, la responsabilité et la citoyenneté. D’adopter une langue officielle en dehors du français et de l’anglais. Nous avons des linguistes pour cela et la langue utilisée par les enfants du renouveau est déjà une piste ! Parce que oui, le français tout comme l’anglais sont des langues qui retardent et font regresser la libre pensée chez NOUS. Des langues auxquelles nous ne nous identifions pas ne sauraient nous servir dans la construction intellectuelle, culturelle et spirituelle profonde dont nous avons besoin afin de nous définir en tant que PEUPLE LIBRE ! Elles resteront cependant des langues de communication avec l’extérieur. Enfin, peut-être devrons-nous sérieusement réconsidérer le fédéralisme, meilleure forme de décentralisation , le Nigéria en est une preuve matérialisée et je vous invite à rechercher la vidéo sur New face of Imo ou encore celle de The New Uyo sur youtube! Elles nous prouvent que la volonté politique et citoyenne dépasse la théorie de la domination et de la conspiration.

Cela dit, quelque soit ce que nous déciderons d’entreprendre cette année, faisons-le ensemble avec détermination et humanisme, faisons-le avec hargne et respect pour la vie ! Faisons-le avec passion et résistance, c’est pour nos enfants, ces générations futures dont nous devons être les modèles !

Je souhaite beaucoup de courage aux habitants du Grand-nord et aux familles des soldats engagés sur le front dans une guerre qui nous a été imposée pour nous plier aux exigences mafieuses des oligarchies…

Excellente, Courageuse et Résistante Année 2016 !