Cameroun – Port de Douala: le 3ème portique de quai annoncé pour 2016

À en croire le député Sali Hamadou, le PCA de Douala International Terminal (DIT), cette fois-ci devrait être la bonne: l’acquisition de portiques supplémentaires prévus dans le contrat de concession pour la gestion, l’exploitation et la maintenance du terminal à conteneurs (TAC) du port autonome de Douala (PAD) sera effective à la fin de l’annee 2016.

Cette révélation est contenue dans une note d’information rendue au lendemain d’une mission gouvernementale d’évaluation des performances portuaires les 15 et 16 décembre 2015 à Douala et Limbe.
Selon cette source autorisée, cette infrastructure dont l’installation prévue à la seconde moitié de la mise en oeuvre de la concession, soit 2011/2012, a été renvoyée en 2011 par DIT, à la demande de l’ancienne direction du PAD, est en cours de fabrication à Shanghai par l’entreprise ZPMC, une entreprise chinoise spécialisée dans la production des portiques à quai.
L’installation de ce 3ème portique à quai ainsi que l’extension de la modernisation de cette plateforme portuaire à finaliser à la même échéance, devrait contribuer à améliorer significativement les performances du port de Douala, en droite ligne des évolutions enregistrées au cours de l’exercice 2015.

La congestion du port de Douala de 2013/2014 résorbée
Ainsi, et grâce aux investissements de l’ordre

de 8 milliards consentis en 2014 par les actionnaires de DIT et les synergies avec les administrations maritimes et les acteurs portuaires, les indicateurs de performance de la principale plateforme logistique du Cameroun – le Port de Douala assure, selon le Ministère des transports, 95% du commerce international du Cameroun – ont connu un bond important en 2015. Il en est des délais de passage des marchandises à l’import comme à l’export qui ont été ramenés au niveau des standards internationaux. Rapprochant de fait l’objectif central de la réforme portuaire de fin 90 début 2000, notamment l’amélioration de la compétitivité du port de Douala et, partant, de l’économie camerounaise.
De fait, le tonnage conteneurisé à import a connu un accroissement de 14% par rapport à l’exercice antérieur de 2014. À mi décembre 2015, Douala a traité 348.373 EVP contre 304.810 EVP à la même période en 2014. Les exportations conteneurisées ont quant à elles connu un accroissement de 30% sur la même période. Soit en valeur absolue 116.315 EVP en 2015 contre 92.927 EVP en 2014.
Quant aux délais de passage, la moyenne pour les marchandises conteneurisées à l’exportation est en dessous de la franchise réglementaire de 7 jours ouvrables en même temps que le délai de mise sur camions de conteneurs à l’importation est inférieur à une heure. Ainsi le temps moyen d’attente de réception à l’export est passé de 1h40mn en 2014 à 45mn en 2015. À l’import, la moyenne de 3h25mn d’attente service de livraison en 2014 est de l’ordre de 90mn en 2015.
Toujours selon l’opérateur du TAC/PAD, le taux d’occupation des parcs import et export en décembre 2015 est inférieur à 70% contre 147% en décembre 2013. Les temps d’attente avant mise à quai des navires porte-conteneurs à la bouée de base sont devenus quasi-inexistants depuis plus de 3 mois. 237online.com On se souvient en effet de la situation de congestion portuaire qui, révélée en 2013, s’était aggravée en 2014 au point de devenir une véritable crise publique.
De fait, l’acquisition au second semestre 2014 de quatre portiques à parc, de deux grues mobiles de quais et des tracteurs portuaires a permis de pallier à l’insuffisance d’ouvrages de manutention portuaire.

Régler le problème de l’utilisation des terminaux par les chargeurscomme zone de stockage
D’un autre côté l’amélioration du système de facturation, la généralisation de la facturation en ligne ainsi que la mise à disposition de DIT du site UDEAC-COTCO pour l’entreposage des conteneurs en long séjour permettant d’évacuer 8195 conteneurs EVP long séjour depuis avril 2015; les ventes aux enchères continues par les Douanes des conteneurs de plus de 90 jours; l’extension des heures d’ouverture du scanner passant de 8h00 -15h00 en 2014 à 8h00 -21h00 en 2015 entre autres.
Reste une inquiétude pour le gestionnaire du TAC : la poursuite de l’utilisation du terminal comme espace de stockage des marchandises. Tout à l’opposé de ce qu’est un port, un espace de transit des marchandises. Mais à DIT, on fait le pari de la sensibilisation afin que les chargeurs changent de comportement. De l’autre côté, reste entier l’impact de ces occupations sur les coûts finaux des produits au consommateur.