Burkina Faso. Identification du corps de Thomas Sankara : Les experts n’ont pas trouvé d’ADN sur les restes

Le test ADN pratiqué sur les restes des corps supposés du capitaine Thomas Sankara et de ses compagnons d’infortune n’a rien donné.

Selon Me Bénéwendé Sankara, avocat de la famille du capitaine Sankara, les spécialistes n’ont pas retrouvé d’ADN sur les restes des corps exhumés le 26 mai 2015. Les résultats ont été communiqués aux parents des défunts ce lundi 21 décembre 2015 par le juge d’instruction en charge du dossier.

Un nouvel épisode dans le feuilleton judiciaire du dossier Thomas Sankara. Attendu comme celui-là qui allait permettre de faire un pas de géant dans cette affaire qui dure maintenant plus de 20 ans, le test ADN n’a finalement rien donné. « En ce qui concerne les résultats, il faut retenir que le Laboratoire national de police de Marseille qui est un laboratoire de référence en ce qui concerne la matière, a travaillé conformément aux normes internationales, il a mis plus de temps pour faire au moins trois essais. C’est un jargon très scientifique mais il faut retenir que ce sont des étapes. Les 1er et 2e niveaux certifient des résultats qui confortent les résultats de l’autopsie. Mais au 3e niveau, l’expertise scientifique conclut qu’il n’y a pas d’ADN détectable conformément donc à l’état actuel de la Science. Donc on en conclut que les prélèvements qui ont été opérés sur les ayant-droits dans le but de faire les tests d’ADN sont maintenant sans objet. On peut simplement dire, au regard des résultats, que l’état des restes ne permettait pas au laboratoire de certifier l’existence d’ADN », a indiqué Me Bénéwendé Sankara, avocat de la famille de feu Thomas Sankara.

La procédure suit son cours

Selon l’avocat de la famille du capitaine Thomas Sankara, ces résultats qui ne révèlent aucun ADN sur les restes exhumés le 26 mai dernier ne mettent pas fin à la procédure. Sur la base des données enregistrées dans le dossier lors de l’exhumation des corps et les résultats de l’autopsie, le juge d’instruction dispose d’assez d’éléments pour poursuivre l’instruction. « La question a été posée au juge. Il a répondu qu’au regard des éléments du dossier (objets retrouvés dans les tombes, résultats de l’autopsie) on peut tirer des conclusions. Nous sommes venus pour le test ADN, avant nous avions eu les résultats de l’autopsie qui avaient du reste été portés à la connaissance de la presse. Et chacun peut faire son opinion », a-t-il conclu.


Pour l’instant au moins six personnes sont inculpées dans l’affaire Thomas Sankara. Les derniers inculpés sont le Général Gilbert Diendiéré et Gabriel Tamini, conseiller en communication de l’ex-président du Faso, Blaise Compaoré.