Cameroun – Sanaga-Maritime: les populations réaffirment leur soutien à Paul Biya

C’était le 12 décembre, à Édéa, lors d’un meeting de remerciements au chef de l’État pour la nomination de Jean Ernest Masséna Ngalle Bibehè au gouvernement.

«Les populations de la Sanaga-Maritime disent merci à Son Excellence Paul Biya pour la nomination de M. Ngalle Bibehè Jean Ernest Masséna au poste de ministre des Enseignements secondaires», «La Sanaga-Maritime soutient la politique des Grandes réalisations», «La Sanaga-Maritime réitère son attachement indéfectible aux valeurs de paix, d’unité et d’égalité, prônées par le président Paul Biya». Voilà entre autres les messages véhiculés par des banderoles dressées dès l’entrée de la ville d’Édéa, samedi dernier. «Sachons rester fidèle et ne changeons pas de camp. Restons fidèle à une équipe qui gagne, à celui-là même qui a pris l’engagement de conduire notre pays vers l’Émergence à l’horizon 2035. Au nom de toutes les populations de la Sanaga-Maritime, nous réitérons notre soutien et notre attachement indéfectibles au président Paul Biya pour la lutte acharnée contre la secte islamiste Boko Haram qui tente de déstabiliser le Cameroun», a, dans le même sens que les interlocuteurs l’ayant précédé à la tribune, exprimé le nouveau ministre des Enseignements secondaires (Minesec).
Grande mobilisation
Jamais l’esplanade de la préfecture d’Édéa n’a grouillé d’autant de monde. En effet samedi dernier, les populations sont venues, pour la plupart, des onze arrondissements (Édéa 1er, Édéa 2è, Dibamba, Dizangué, Massock-Songloulou, Mouanko, Ndom, Ngambé, Ngwei, Pouma et Nyanon) qui forment le département de la Sanaga-Maritime, le plus grand de la région du Littoral, célébrer en grande pompe la nomination de leur digne fils Jean Ernest Masséna Ngalle Bibehè au poste de ministre des Enseignements secondaires (Minesec), à la faveur du réaménagement gouvernemental du 02 octobre dernier. La Sanaga-Maritime était véritablement en fête.
Des membres du gouvernement ont rehaussé de leur présence l’éclat de la fête. Il s’agit de Laurent Esso, Lejeune Mbella Mbella, Jean Narcisse Mouelle Kombi, Hernest Ngoua Boubou, Boniface Bayaola et Benoît Ndong Soumhet, respectivement ministre d’État, ministre de la Justice, Garde des sceaux (Minjustice) ; ministre des Relations extérieures (Minrex),  ministre des Arts et de la Culture (Minac) ; ministre des Mines, de l’Industrie et du Développement technologique (Minimidt) ; Secrétaire d’État auprès du Minesec, chargé de l’Enseignement normal, et Secrétaire d’État auprès du ministre de l’Éducation de Base (Minedub).
En plus des membres du gouvernement, des présidents de conseil d’administration (Pca), des directeurs généraux et directeurs de société de la place, la proviseure du lycée général Leclerc, Mme Élisabeth Ntonga Essengué, et autres têtes couronnées ont fait le déplacement d’Edéa. Le gouverneur de la région du Littoral a également pris part à la fête.
Pour donner plus d’éclat à cette cérémonie, le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc) était représenté par son secrétaire général adjoint du Comité central, Hamadjoda Adjoudji. Nombreux sont également des groupes de danse traditionnelle et des associations qui ont quadrillé les quatre coins de l’aire aménagée pour cette cérémonie. Pour montrer la coexistence pacifique et la grande communion qui existent entre les différentes communautés (Bassa, Bakoko, Malimba, Ndonga, Bisso, Bamiléké, Banen, Douala, Batanga, Béti…) du département et les ressortissants du Grand-nord, celui qui trône à la tête du Minesec depuis le 02 octobre dernier a, sur fond d’ovations et de youyous, salué ses hôtes dans leurs langues vernaculaires respectives.
La Sanaga-Maritime étant un socle de croyants, le meeting de remerciements a été lancé par une prière interreligieuse dite par les ministres du culte (catholique, protestant et musulman) de la localité, sous la conduite de l’évêque du diocèse d’Édéa, Mgr Jean-Bosco Ntèp. Raison pour laquelle, cette solennité a été placée sous le thème : «Rendre grâce à Dieu et remercier le président Paul Biya…». Prenant la parole, le délégué du gouvernement auprès de la communauté urbaine d’Édéa a reconnu en M. Bibehè «un entrepreneur chevronné, un travailleur compétent et bien connu de tous».
Pour sa part, la sénatrice Geneviève Tjouès a déclaré qu’il «  faut d’abord travailler avant d’être nommé ministre de la République». Une façon de signifier que la nomination de M. Bibehè le 02 octobre dernier n’est que le fruit du travail abattu par l’homme depuis des années. Bien plus, dans son intervention, la vice-présidente du Sénat a marqué l’attachement de la circonscription administrative, auréolée une fois de plus, aux idéaux du président de la République, Paul Biya.

Mariage de raison entre Paul Biya et la Sanaga-Maritime
Comme un seul homme, les populations du département de la Sanaga-Maritime ont, à travers ses différents porte-parole, remercié de manière solennelle le président de la République pour sa sollicitude à leur endroit. «Bien au-delà de ma modeste personne, c’est tout notre département voire l’ensemble de la région du Littoral qui s’est trouvé ainsi honoré, par la nomination d’un de ses fils, pour succéder à un autre valeureux ressortissant, Son Excellence Louis Bapès Bapès», a signifié Jean Ernest Masséna Ngalle Bibehè. C’est la preuve, comme l’ont souligné les premiers intervenants du jour, qu’il existe «un mariage de raison qui dure depuis plusieurs décennies», entre le président Paul Biya et la Sanaga-Maritime. C’est ainsi que sans discontinuer, plusieurs fils de cette région ont, avant M. Bibehè, été nommés à de hautes fonctions. On peut citer : Georges Ngango, Thomas Meloné, Stanislas Meloné, Joseph Marie Bipoum Woum, Henry Hogbe Nlend, Zachée Mongosso, Luc Loé, Joseph Mboui et Hans Nyetam Nyetam.
Visiblement attentif aux interpellations du président de la République, le Minesec a rappelé que : «Lors du dernier conseil de ministres, le chef de l’État a dit : être nommé membre du gouvernement est un honneur, mais aussi une grande responsabilité.»  Et pour assumer de manière efficace cette responsabilité, l’ancien directeur général de la Société camerounaise de transport urbain (Socatu) a sollicité le soutien des siens : «Nous avons besoin d’un rassemblement de tous les fils et filles du département, pour travailler main dans la main et taire définitivement les divisions qui peuvent freiner le développement…» Non sans recommander le rejet des pratiques tribalistes, la solidarité, l’adoption de l’esprit de tolérance et de conciliation, l’acceptation de l’autre et le vivre- ensemble. «Réunissons-nous pour relever tous les défis… », a exhorté le Minesec.
Comme il est de tradition dans cette partie du pays, les ‘’Mbombog’’ ou patriarches et les chefs traditionnels ont solennellement béni le nouveau membre du gouvernement, en lui donnant des attributs symbolisant le pouvoir et le don du rassemblement et du partage.
Après la lecture de la motion de soutien et de déférence des filles et fils Mpo’o du Littoral au président de la République, de nombreux cadeaux ont été offerts au patron des Enseignements secondaires, clôturant ainsi une cérémonie riche en couleurs et en symboles.

Jean Ernest Masséna Ngalle Bibehè: «C’est ensemble que nous réussirons les missions qui sont les nôtres»
«Je voudrais dire toute ma reconnaissance et ma profonde gratitude au chef de l’État, Son Excellence Paul Biya pour l’honneur qu’il me fait, en me confiant cette responsabilité au sein du ministère des Enseignements secondaires.  Je voudrais dire ma reconnaissance à l’ensemble des membres du gouvernement qui sont venus nous assister, faisant preuve, une fois de plus, de la solidarité gouvernementale. Aux populations de la Sanaga-Maritime, je demande de se lever comme un seul homme pour manifester leur satisfaction et fierté. Il faut dire que la Sanaga-Maritime, malgré un moment de soubresaut, a toujours manifester son attachement aux idéaux qu’incarne le chef de l’État. Depuis des années, le président Paul Biya nous a gratifiés de sa haute confiance en nommant à des postes de responsabilité un nombre impressionnant des élites de ce département. C’est pour dire que le chef de l’État n’a jamais oublié la Sanaga-Maritime. Au contraire, il porte la Sanaga-Maritime dans son cœur. Aujourd’hui, au sortir des élections de renouvellement des bureaux des organes de base du parti, la Sanaga-Maritime a besoin de se regrouper et de faire table rase des problèmes qu’il y a eu pendant ces élections. Maintenant, nous devons regrouper les élites, les forces vives, les autorités administratives, les leaders politiques, les associations, les entreprises, les opérateurs économiques et toutes les personnes de bonne volonté pour accompagner le chef de l’État dans la réalisation de la politique des Grandes réalisations. C’est ensemble que nous réussirons les missions qui sont les nôtres. C’est ensemble que la Sanaga-Maritime va aller vers les cimes.»