Cameroun, Bangangté, Aed-Afd : Concertations en vue du démarrage effectif du projet d’extension et de modernisation de L’udm.

En dépit des  sons de cloches discordants retentissant à  l’UdM, une mission de l’Agence Française de Développement (AFD) a séjourné dans cette institution les 7, 8 et 9  décembre 2015. Le partenaire financier de l’Association pour l’Education et le Développement(AED) est venu s’assurer  que toutes les conditions sont désormais réunies pour le déblocage du financement devant étendre et moderniser les infrastructures de l’institution. A la fin de cette rencontre, les 2 parties ont célébré  le happy-end.

Tombées de nulle part comme une météorite, les situations sans têtes ni queues dont l’AED-UdM s’est trouvée en train de gérer, étaient de nature à compromettre des promesses faites par la coopération française. Mais à la satisfaction de tous, une délégation de l’Agence Française de Développement (AFD) conduite par Hervé Conan, Directeur Cameroun, est venue on dirait, transformer les peines de l’AED-UdM en joie. En modernisant les infrastructures de l’UdM, la devise « Toujours Rechercher l’Excellence », sera doublée d’une contribution manifeste de limitation de la fuite des cerveaux. L’Afrique, le Cameroun en particulier, sait combien ce phénomène lui cause un déficit grave en termes de saignée des ressources humaines de qualité. Dans cette logique, il est tout à fait aisé de comprendre que la France est, toute proportion gardée, une partenaire privilégiée dans la quête permanente de stratégies de développement intégrale de l’Afrique.

De mauvais anges tapis dans l’ombre, étaient déterminés à créer des ennuis à l’institution. La seule réussite dans leur projet de déstabilisation d’une aussi prestigieuse institution qui ne demande qu’à grandir, est d’avoir attiré l’attention sur leurs vrais visages. Autrement dit, il est clair pour tout le monde que les pseudo-anges d’hier, sont devenus de vrais démons d’aujourd’hui.

Mais contre vent et marée, l’UdM entend remplir ses missions. Comme précédemment indiqué dans l’article paru il y a quelques jours, la sérénité règne sur la Montagne. Les cours se déroulement normalement dans les 3 campus (Mfetum, Tchougo et Banékané). Les CUM (Cliniques Universitaires des Montagnes) continuent de recevoir les malades venant des Régions de l’Ouest, du Nord-Ouest et du Département du Mbam et Inoubou  dans le Centre. Signalons au passage que dans cette unité de soins, les spécialistes consultent à 2500 frs avec frais de carnet de suivi médical compris. « C’est une chance ». Au-delà de tout ce qui peut scander la gloire de l’institution et ses différents organes, le diable y avait secoué sa queue, mais Dieu, le seul maitre de l’univers, est resté au contrôle.

Comme on peut le constater, l’engagement est plus que jamais pris pour que la  formation de qualité reste la raison d’être de ceux qui sont aux commandes de l’AED-UdM. Les parents doivent en être rassurés. Les préoccupations des étudiants se gèrent avec grand intérêt. Il n y a pas de feu dans la baraque, mieux, l’avenir se voit en clair.

Au bout du compte, l’AED-UdM sort grandie de cette campagne de dénigrement qui a plutôt renforcé son audience. Dans tous les cas, voici ce que disent les acteurs privilégiés de la rencontre AED-AFD.
 
Hervé Conan, Directeur de l’AFD-Cameroun « Le partenariat va se poursuivre pour accompagner le développement de l’UdM »

Hervé Conan:Camer.be« L’AFD a signé une convention de financement avec l’AED pour effectivement la construction de ce nouveau campus de l’UdM à Banékané. Nous sommes ici aujourd’hui pour faire un point sur l’avancement des reformes qui étaient attendues au niveau de l’AED, faire un point sur la rentrée scolaire et un certains nombres d’engagements pris par l’UdM. Nous nous inscrivons toujours dans ce projet. Bien évidemment, l’UdM fait la une de la presse. On aurait préféré que ces sujets n’existent pas, nous en tenons compte. Nous discutons avec les dirigeants de l’AED-UdM pour mieux comprendre la situation et faire que le calme revienne afin que nous pussions continuer cette coopération.

Notre enjeu est que le financement que nous apportons soit un plus pour l’AED-UdM et ne doit pas créer de discorde. Nous avons lu un certains nombres de sujets dans la presse, nous sommes là aussi pour faire un point calmement avec l’équipe dirigeante et prendre les décisions qui s’imposent. Il n’y a pas de raison aujourd’hui pour que l’AFD remette en cause les engagements qu’elle a pris au travers de cette convention de financement. Ces discussions que nous avons engagées sont normales.

C’est un projet important pour l’UdM, important pour la région. C’est un projet qui s’inscrit dans une durée relativement longue, au-delà du projet d’extension et de modernisation qui mettra 2 ans, le partenariat va se poursuivre pour accompagner le développement de l’UdM. Faire que l’UdM ait une capacité de rembourser le prêt via l’AED »

Henri Njomgang, président réélu de l’AED «Ce sont les autres qui sont fous de l’argent de l’AFD. »
 
Henri Njomgang:Camer.be« Le nouveau bureau a été mis sur pied ce vendredi 4 décembre et dès le lundi 6 décembre, nous recevons une mission de nos partenaires de l’Agence Française de Développement avec qui, nous examinons les projets et les accords de partenariat que nous avons ensemble.

Nous allons après cela voir nos statuts, règlement intérieur et procédures.

Une Assemblée Générale se tiendra le 17 décembre pour adopter lesdits statuts. D’ici la fin d’année, nous allons adopter le nouveau budget, faire des séminaires pour préparer les acteurs impliqués à la mise en place de nouvelle structure et du budget de l’AED.


Vous êtes sur le campus et vous constatez qu’il n ya aucun problème contrairement à ce que des gens disent.

Il y a des personnes qui prétendent que des gens sont fous de l’argent de l’AFD, on peut vous certifier que l’AFD n’a pas encore débloqué l’argent et que ce sont les autres qui sont fous de l’argent de l’AFD. »