C’est déjà Noël… en marionnettes

L’association culturelle Bana Ba Africa propose des spectacles pour jeunes jusqu’au 13 décembre prochain à Yaoundé et Douala. L’Institut Goethe de Yaoundé comme cadre de lancement du festival international des théâtres de clowns et de marionnettes. Mardi dernier, de nombreux enfants et spectateurs ont assisté aux grands débuts de « Noël en marionnettes » 2015. Pour cette 5e édition, une pièce de Patrick Daheu, directeur artistique de la compagnie « Sassayée » de Douala, a constitué la mise en bouche. L’histoire de « Mamadou et Bineta » du célèbre écrivain burkinabé Roger Bila Kaboré, est revue sous un nouveau jour, avec des regards neufs. Sur la scène, des marionnettes faites de carton et de contreplaqué prennent vie grâce aux voix comiques prêtées par le metteur en scène et les comédiens. Les personnes qui ne tiennent pas leur promesse sont alors interpellées. Comme la mère de Bineta qui avait juré de donner pour épouse sa fille au roi de la forêt. Mais malgré la puissance, la force du roi, le jeune Mamadou finit par prendre le cœur de Bineta.

Du laboratoire-théâtre Othni situé à Titi-Garage au Centre culturel camerounais en passant par le centre des handicapés d’Etoug-Ebe et l’Institut français à Douala, les festivaliers venus du Tchad, de la RDC, de la République centrafricaine et du Cameroun présenteront des spectacles courts avec des expositions de diverses formes de marionnettes, jusqu’au 13 décembre prochain. Selon Joseph Fumtim, co-délégué général du festival, « l’un des objectifs majeurs de ce festival est d’assembler l’art, la technique et le marché pour qu’enfin la création contemporaine trouve son plein épanouissement. » L’association culturelle Bana Ba Africa à l’initiative du festival vise également la formation, la diffusion, la professionnalisation, l’encouragement à la création, le développement des carrières artistiques, la mobilisation des jeunes, la création d’échanges et d’un dialogue entre les artistes de divers horizons, l’éducation populaire et la promotion de l’image de la femme et de l’enfant.

Pour le co-délégué, ce projet offre un sourire pour les orphelins. « Nous collectons des jouets, des vêtements et récoltons des fonds auprès de divers donateurs. Ces présents sont ensuite donnés à cette couche précise de la population pendant l’animation de l’Arbre de Noël. Dans le cadre de ce programme, les orphelinats, les centres pour handicapés et les foyers de réinsertion des jeunes bénéficient d’entrées gratuites à toutes les représentations du festival », précise Joseph Fumtim. L’une des innovations de cette édition est l’organisation de la soirée festive pour les enfants des orphelinats à l’IFC de Yaoundé samedi prochain.