Cameroun: Abdouraman Hamadou annonce un plan anti Tombi A Roko dans le but de bloquer le fonctionnement normal de la Fécafoot.

Malgré l’opposition du gouvernement, Abdouraman Hamadou et consorts entendent faire exécuter la sentence des juges du Cnosc qui annule le denier processus électoral à la Fédération camerounaise de football.

La Chambre de conciliation et d’arbitrage (Cca) du Comité national olympique et sportif du Cameroun (Cnosc) a rendu le 1er octobre 2015 et le 12 novembre 2015, des sentences qui invalident tour à tour les nouveaux statuts de la Fécafoot et le processus électoral qui a abouti à l’élection de Tombi A Roko au poste de président de l’instance nationale.

En réaction, le gouvernement camerounais, par la voix de Pierre Ismaël Bidoung Kpwatt, le Ministre des sports, a décidé de passer outre les décisions du Cca en déclarant à son tour, valide le dernier processus électoral à la Fécafoot, non sans accuser la Cca d’avoir outrepassé ses compétences. Sans se laisser intimider par la position des pouvoirs publics, Abdouraman Hamadou Babba, le chef de fil de l’opposition qui a trainé la Fécafoot au tribunal du Cnosc, a annoncé hier lundi 07 décembre, que son groupe projette mener des actions dès le jeudi 10 décembre 2015, afin d’empêcher le nouveau Comité exécutif dirigé par Tombi A Roko de gérer sereinement la Fécafoot. «La justice sera saisie dès jeudi 10 décembre aux fins de l’apposition de la formule exécutoire… Par ailleurs, depuis deux semaines, nous avons envoyé des sommations par voie d’huissiers à toutes les principales banques opérant au Cameroun et aux principaux partenaires de la FECAFOOT (PUMA et ORANGE Cameroun), leur demandant de ne pas prendre en compte la signature de M. Tombi qui n’a pas qualité pour engager la fédération. La FIFA, la CAF et le CIO ont également été informées par nos avocats qui leur ont fait parvenir une copie de la loi du 15 juillet 2015 qui a institué la CCA, la sentence de la CCA du 1er octobre 2015 et celle du 12 novembre 2015 qui ont respectivement annulé les statuts et les élections à la FECAFOOT…Toutes les banques visées ont, apparemment, obtempéré, en dehors de la CBC qui continue, à ses risques, à exécuter les ordres de paiement signés de M. Tombi… La COBAC, qui est le « gendarme » des banques en Afrique Centrale, a déjà été saisie de cette question» fait savoir Abdouraman. Du côté de l’immeuble siège de la Fédération camerounaise de football au quartier Tsinga à Yaoundé, le personnel et les élus font savoir que l’instance se gère normalement depuis la prise des fonctions de Tombi A Roko et qu’aucun avoir de la Fécafoot n’a été gelé.