Rose Mirabelle Gizalahamba Ndula dévoile sa passion pour les personnes agées dans un ouvrage

Non, s´occuper des personnes âgées n´est pas un sot métier. Oui, les personnes âgées ont besoin de considération, car ce sont des êtres humains comme tout le monde. C´est de tout cela dont parle Rose Mirabelle Gizalahamba Ndula dans son tout premier livre intitulé “Kann jeder in der Pflege arbeiten” (Tout le monde peut-il s´occuper des personnes âgées).

Quelle est la genèse de ce livre?

J´ai eu l´opportunité de suivre la formation d´accompagnatrice des personnes âgées. Malheureusement, une fois celle-ci terminée,  je n´ai pas travaillé comme accompagnatrice, mais comme personnel assistant les personnes âgées. Ce livre est le résultat de 8 ans d´expériences professionnelles, mais c´est en 2009 que me vient l´idée de l´écrire.

A qui s´adresse-t-il ?

Ce livre s´adresse à tout le monde. J´attire surtout l´attention de ceux qui sont dans le métier et encouragent ceux qui veulent le pratiquer, mais qui sont parfois découragés par tout ce qu´ils entendent çà et là. A ceux là, je leur dis que, ce métier est le plus beau métier au monde. Cela étant, je voudrais dénoncer certaines choses, comme celles qui voudraient que ce métier soit un torchon, un sous-métier. Or, les personnes âgées ont elles aussi besoin de considération, ont de la valeur comme tout être humain.

Peut-être parce qu´on le trouve très pénible?

Je ne pense pas que ce métier soit si pénible comme on voudrait le faire croire , parce que je vous dirai que même le métier de mécanicien ou de secrétaire de bureau est aussi pénible, car á la fin de sa journée de travail, on dira qu´on a mal au dos, qu´on est fatigué. Bref, le métier d´accompagnatrice de personnes âgées est aussi pénible comme tout autre métier au monde.

D´après donc votre expérience, ce métier peut-il être exercé par n´importe qui?

Non, je ne le pense pas. Comme tous les métiers, celui d´accompagnatrice ne saurait être exercé par n´importe quelle personne. Il faut réunir certaines qualités physiques, morales, affectives pour mieux l´exercer. Si on ne l´aime pas et n´y donne pas de soi, il vous sera difficile de l´exercer avec bonheur et joie comme c´est mon cas depuis que j´y suis.

En résumé, pour réussir dans ce métier, il faut d´abord l´aimer vraiment. Il faut aussi avoir cette joie de travailler dans ce corps de métier. Je puis vous dire que, ceux là même qui m´ont formée, n´étaient pas des modèles, de bons exemples pour moi. Mais, il m´a fallu mettre de l´amour, de la passion et de l´affection pour découvrir le plaisir qui s´y cache.


Vous écrivez votre livre en allemand. Entendez-vous le traduire en d´autres langues comme le français ou l´anglais, par exemple?

Vous comprendrez déjà pourquoi, je décide d´écrire mon livre en allemand. D´abord, c´est parce que je vis en Allemagne; ensuite je souhaite m´adresser á tous ceux qui vivent dans ce pays et qui voudraient exercer le métier, mais qui sont freinés dans leur envie par des préjugés dénoncés plus haut. Néanmoins, je compte traduire le livre en anglais et en français afin que ceux qui s´expriment dans ces langues bénéficient de ce que je qualifierai de témoignage.

Où donc trouver votre livre, Rose Mirabelle Gizalahamba Ndula?

Mon livre peut être trouvé partout, sur internet comme dans les librairies spécialisées. On peut également le trouver dans toutes les maisons d´édition.

Quel est l´apport de votre famille dans la rédaction de ce livre?

Vous me donnez ici l´occasion de dédicacer ce livre á mes enfants qui m´ont beaucoup soutenu.  Pour la mère d´enfants que je suis,  je puis vous avouer que ce ne fut pas facile. Dieu merci ! Ma famille a su me donner l´énergie et la motivation nécessaires pour terminer son écriture, surtout lorsque je pensais avoir le dos au mur. Mais une fois le livre terminé et mis sur le marché, j´ai rapidement oublié toutes les nuits blanches passées à le rédiger. Je lui sais gré.