Cameroun -Rdpc Mefou et Akono Sud-Ouest: Gaston Eloundou Essomba, réélu avec brio

Entre l’aventure et la continuité, les militants ont préféré la seconde option. Le président sortant a été reconduit à plus de 95%, le 21 novembre, à Akono.

La mobilisation sans précédent des militants et militantes de la section Rdpc Mefou et Akono Sud-Ouest ne pouvait se traduire que par une cuisante défaite électorale de Michel Ambassa Bomba et de toutes les candidatures sous son égide. Suprême humiliation, Même à Akono II (Mfida) qu’il prenait pompeusement pour son fief, l’ancien proviseur a été étrillé.
Il convient de souligner que le renouvellement des bureaux des organes de base dans la Mefou et Akonoa connu une effervescence particulière dans ses quatre sections. En effet,de mémoire d’observateur, jamais pareille mobilisationn’a été vue. Le renouvellement ayant en gros été marqué par l’intrusion sur la scène,non seulement des imposteurs, mais des blancs becs. Comme des opportunistes, ils ont promis monts et merveilles.
Déluge de promesse mielleuses dans la Mefou et Akono Sud-Ouest par exemple, qui a eu le don de décupler la détermination et l’engagement des militants et militantesà reconduire le président sortant,

Gaston Eloundou Essomba. En effet,même pas une fois depuis 8 ans, l’homme n’a pas failli à son devoir d’encadrer les militants, de les former politiquement.Etqu’il n’a eu de cesse d’être régulièrement avec eux dans les bons comme dans les mauvais moments.

La victoire de la parole sur l’argent
Véritable Ovni (objet volant non identifié) politique, Michel Ambassa Bomba, putschiste grassement payé pour débarquer Gaston Eloundou Essomba,a distribué à tout va du riz, maquereau, vin rouge…et quelques billets de banque. Ceux qui le connaissent depuis de longue date n’en revenaient pas. « D’où ce pingre a-t-il pris tant d’argent pour le distribuer?», se sont-ils interrogés. Des interrogations qui ont créé la polémique sur la subite fortune de Michel Ambassa Bomba, un radin subitement généreux. Bien des militants iront même jusqu’à soupçonner Michel Ambassa Bomba d’être à la solde des forces obscures, tapis dans l’ombre, qui veulent s’accaparer du parti pour de sombres desseins. Une autre version laisse entendre que Michel Ambassa Bomba, bien que lourdement financé par une élite, pas du tout sûr de lui même et davantage conscient de la popularité du président sortant, a voulu retourner les militants avec des liasses d’argent. Mal lui en a pris.Non seulement, il a dépensé son argent en pure perte, mais aussi les militants l’ont fait payer son manque de respect en leur endroit en lui administrant une fessée électorale des plus mémorables.Il est vrai que le ridicule ne tue pas, mais il est des ridicules qui font de vous un mort-vivant.
En Face. Grand stratège, biyaïste assumé et homme de terrain, Gaston Eloundou Essomba s’est présenté aux militants comme il est, à savoir, vrai. L’homme n’a fait étalage ni de l’argent, ni des promesses d’embauche quoique directeur général d’une des sociétés étatiques parmi lesplus prospères de l’heure.Gaston Eloundou Essomba est venu à sa base avec son bilan.L’homme, toujours au chevet des militants de sa section qu’il connaît presque tous, aura fondé son adresse sur l’inventaire de son action et les victoires remportées ensemble. Avant son élection, Gaston Eloundou Essomba aura par ailleurs pris le temps de remettre de l’ordre chez les femmes et les jeunes du parti, où des éclats de voix s’étaient fait entendre ces derniers mois. Ce retour à la sérénité aura ainsi permis l’union des cœurs, mais aussi de catalyseur pour les batailles futures. Au terme d’un consensus que beaucoup de militants qualifient de salutaire, Blanche Tabi Manga succèdera ainsi à elle-même à l’Ofrdpc, pendant que le jeune Élysée Essamba prendra les commandes de l’Ojrdpc.

L’exemple qui vient d’Akono
La principale leçon à tirer de cette opération, à Akono, est celle de la maturité des militantes et militantes. Des femmes et des hommes ont opté pour le réalisme plutôt que l’aventure, l’unité plutôt que la division, la vérité plutôt que l’illusion. Vivement que cette révolution démocratique éloigne les aventuriers qui croient avoir trouvé en le Rdpc, soit un asile pour désœuvrés, soit un moyen d’avancer en grade à la fonction publique avec au final un décret, pourquoi pas.
Akono a donc, à l’opposé des autres circonscriptions du département, montré l’exemple de la démocratie et de la ferveur militante. On ne peut en dire autant de Bikok,Mbankomo et autre Ngoumou, où ces opérations de renouvellement des organes de base auront constitué une véritable épreuve de nerfs. Ici et là, beaucoup ont vécu le retour des démons de la fraude électorale, du trafic d’influence, de la délation, des charters de votants et autres tripatouillages qui ont fait dire aux uns et aux autres que,«cette page est de celle qu’il faudrait rapidement tourner». L’avenir permettra sans doute, de montrer aux uns et autres que tout ce qui brille n’est pas forcément de l’or. Suivez notre regard…