Cameroun – Logements sociaux :Le site d’Olembé viable d’ici la fin du mois

L’annonce a été faite par le Minhdu le 18 novembre dernier lors d’une visite sur les chantiers.

Les 660 logements sociaux engagés depuis 24 mois au quartier Olembé à Yaoundé devront être achevés d’ici la fin du mois de novembre. Cette injonction est celle du ministre de l’Habitat et du Développement urbain (Minhdu), Jean Claude Mbwentchou. La visite des chantiers des logements de la Direction de la sécurité présidentielle (Dsp), des logements témoins, ou encore ceux exécuté par l’entreprise suisse Coffor, de ceux réalisés par les entrepreneurs chinois, a permis au Minhdu, le 18 novembre dernier, de toucher du doigt l’avancée des travaux. Une évolution satisfaisante d’après le ministre. Cependant, selon lui, il pourrait avoir quelques améliorations. Ainsi, il faut éviter «trop de prolongation quand on soumissionne. Nous voulons voir les travaux d’accès au logement», a-t-il indiqué avant d’inviter les entrepreneurs à tenir compte des préalables « la capacité à faire le travail, la surface financière», avant de répondre à un appel d’offre.

La visite a également permis aux uns et aux autres de s’enquérir de l’état d’avancement des équipements collectifs des logements sociaux (école, dispensaire) et des travaux de terrassement du stade Paul Biya, des voies d’accès Yaoundé/Olembé, réalisés par la société Razel. Ces constructions entrent dans le programme de construction de 1500 logements sociaux répartis dans six villes du pays : Yaoundé, Douala, Limbe, Bamenda, Bafoussam, Sangmélima. Les 660 logements de Douala (Mbanga Bakoko) sont terminés à 60%, selon le ministre, tandis que le chantier de Limbe (500) a démarré en octobre dernier. Les 500 habitations de Bafoussam et Bamenda vont débuter en mars 2016 et celles de Sangmélima en avril prochain. La construction de 1500 logements dans ces villes du Cameroun n’est que la première phase d’un vaste programme.

Une deuxième phase en négociation entre le Cameroun et la Chine entend mettre sur œuvre 3000 logements sociaux qui vont s’étendre sur 27 hectares, d’après les entrepreneurs chinois. Ces bâtisses seront réparties de la sorte : 1200 logements à Yaoundé, 1000 à Douala et 800 dans les cinq autres villes impliquées dans la première phase.