Journée mondiale de la femme rurale, 20e édition, jeudi!

Le 15 octobre 2015, les femmes rurales du Cameroun célèbreront leur journée sous la thématique de l’accès aux ressources financières dans le secteur agro-alimentaire

 

Les activités sont lancées depuis vendredi, 09 octobre 2015, à Yaoundé. La cérémonie y relative était présidée par le ministre de la Promotion de la Femme et de la Famille (Minproff), Marie Thérèse Abena Ondoua.

En préparation, la 20ème édition de la journée mondiale de la femme rurale, prévue le 15 octobre 2015, est placée sous le thème: «Femmes rurales: Accès aux ressources financières dans le secteur agro-alimentaire».

En prélude à cette célébration, le Minproff a annoncé un cadre opportun pour la vulgarisation de la stratégie de la finance inclusive. Ceci, à travers le Programme d’appui à la promotion de l’entrepreneuriat féminin, qui vise à améliorer l’accès des femmes rurales au crédit.

 

Femme rurale.

La Stratégie de la finance inclusive va permettre aux femmes rurales de pouvoir financer leurs activités, épargner, subvenir aux besoins de leurs familles et se protéger contre les risques de la vie courante. Selon Marie Thérèse Abena Ondoua, «par cet accès facilité au crédit, les femmes rurales sont placées dans les conditions optimales pour améliorer, augmenter leur production, et devenir compétitives à l’intérieur et à l’extérieur du pays».

Objectif, éliminer la discrimination en matière d’accès à la terre. Selon le Minproff, 21,6 % de femmes seulement ont obtenu un titre foncier sur l’ensemble du territoire. Ces discriminations sont également perceptibles dans le domaine de l’éducation, de la formation et de l’entrepreneuriat.

Et pourtant, au Cameroun, le secteur rural est principalement porté par les femmes, malgré le fait qu’elles soient confrontées à de nombreux obstacles au quotidien: «pénibilité du travail due au caractère rudimentaire du matériel agricole utilisé, enclavement, accès limité à la terre, aux intrants et autres facteurs de production, notamment le financement», a souligné Marie Thérèse Abena Ondoua. Pour le Minproff, il est donc urgent de militer en faveur de la revalorisation de la femme rurale.