Voici comment la mort a surpris André Sohaing, l’homme qui a souhaité l’année dernière, que Dieu accorde encore 100 ans de règne à Paul Biya

Les domiciles d’André Sohaing au quartier Kassap à Bayangam et à Bonapriso à Douala, portent le deuil depuis avant le premier chant du coq de la journée du jeudi 23 juillet 2015.

Polygame et géniteur d’un grand nombre d’enfants, André Sohaing, a quitté son beau monde sans crier gare. Bien qu’ayant une santé chancelante, André Sohaing a continué jusqu’au dernier instant de sa vie sur terre, à vaquer à ses principales occupations entre la politique et le business.

A en croire un membre de la grande famille Sohaing, ce dernier a été surpris par la mort alors qu’il était en pleine activité dans sa gigantesque résidence de Bayangam, une contrée de la région de l’Ouest, où le fondateur président du Groupe Sohaing est né le 21 janvier 1933. «Il est venu de Douala un peu plus tôt cette semaine, pour préparer deux grands événements, à savoir une session du conseil municipal prévu le vendredi 24 juillet 2015 et les obsèques de Samuel Noumsi, un autre homme d’affaires originaire de Bayangam. C’est pendant qu’il préparait ces deux événements que le père a été victime d’un malaise cardiaque tard dans la nuit de mercredi à jeudi» raconte un proche du défunt avec qui il a échangé une heure avant son décès. Le corps sans vie d’André Sohaing a été déposé dans une morgue de la ville de Douala, région du Littoral.

Ainsi, l’homme politique, membre du RDPC, parti politique au pouvoir, très comique dans ses discours, ne verra pas son camarade de parti, Paul Biya, le chef de l’Etat camerounais, faire encore 100 ans au pouvoir comme il l’avait souhaité lors d’un meeting organisé l’année dernière à Bandjoun, chef lieu du département du Koung-Khi, dans le cadre du 32e anniversaire de l’accession à la magistrature suprême de Paul Biya.

Premier maire élu à la tête de la Commune d’arrondissement de Bayangam, l’inamovible André Sohaing y a régné pendant 19 ans. Avant de porter l’écharpe tricolore des élus municipaux, le défunt a été en 1992, député du département du Wouri, région du Littoral.

C’est justement dans cette région dont le chef lieu est Douala, que le très réputé homme d’affaires a amassé l’essentiel de sa fortune au fil de ses activités commerciales qu’il entame dès son débarquement dans la capitale économique à l’âge de 17 ans…