camernews-Hidjab

300 foulards brûlés au lycée classique de YAGOUA.

300 foulards brûlés au lycée classique de YAGOUA.

Le proviseur veut lutter contre le port du voile dans son établissement.

Le proviseur du lycée classique et moderne de Yagoua, Party Madjina est résolument décidé à combattre le port du foulard par les jeunes filles au sein de son établissement scolaire. Le vendredi 10 octobre 2014, il a ordonné qu’une fouille systématique des sacs de classes des filles soit opérée afin de vérifier si ceux-ci contenaient des foulards.

Plus de 300 foulards ont ainsi été saisis et brûlés dans la cour du lycée sous le regard des élèves et enseignants du lycée de Yagoua. Un acte que les populations de la ville de Yagoua parmi lesquelles on dénombre de nombreux musulmans apprécient peu. Parmi les victimes de cette destruction des foulards se trouvait la fille de grand imam de Yagoua. De nombreux parents ont aussitôt dénoncé cet acte qu’ils considèrent comme un abus de pouvoir et d’autorité de la part du proviseur. «Il est vrai que le proviseur a parfaitement le droit d’interdire le port du foulard au sein de l’établissement.

Mais au non de quelle loi il peut se permettre de fouiller les sacs de nos enfants pour y extraire leurs foulards. Si elles n’ont pas le droit de se voiler au sein de l’établissement, elles sont libres de le faire une fois sorties du cadre de l’établissement. Par respect pour ses directives les enfants gardent les foulards dans leurs sacs et comment peut-il se permettre un tel abus?», s’insurge un parent d’élève du lycée de Yagoua.

Le port du voile chez les jeunes filles musulmanes est une pratique obligatoire. Aussi ont-elles fini par intégrer cet accessoire vestimentaire dans leurs tenues scolaires. La pratique est d’ailleurs monnaie courante dans plusieurs établissements de la région de l’Extrême-Nord.

 

camernews-Hidjab

camernews-Hidjab