camernews-biya

20 mai 2017: Comment Paul Biya a espionné les invités du Palais de l’unité

20 mai 2017: Comment Paul Biya a espionné les invités du Palais de l’unité

Selon Intégration, la présidence a déployé un dispositif de sécurité hypersophistiqué pour contrôler les mouvements des personnes invitées au Palais de l’unité à l’occasion de la 45è fête nationale de l’Unité.

Une invitation au Palais de l’Unité ne refuse presque jamais. Surtout lorsqu’il s’agit de partager quelques moments en compagnie du couple présidentielle dans le cadre de la fête nationale de l’Unité. Cette année, comme par le passé, des centaines de personnes ont pris d’assaut la résidence du Chef de l’Etat. Mais cela a un prix.

Les mesures de sécurité, déjà drastiques, ont été renforcées à l’occasion de la 45è édition de la fête du 20 mai. Les convives avaient été avertis à l’avance : personne n’avait le droit d’entrer au Palais de l’unité avec les téléphones portables. En parcourant Intégration parue ce 22 mai 2017, on apprend que cette mesure annoncée à travers un communiqué de presse signé du Ministre de la Communication le 19 mai, n’était que la partie visible de l’iceberg.

« IMSI-catchers, boîtes noires, balises de géolocalisation, keyloggers, micros et caméras en tous lieux, de nombreuses barrières, des chaînes métalliques et d’imposantes jardinières fleuries sont mises en place sur les sites sensibles, fouilles dès que l’on s’approche d’un périmètre déterminé. Plus que par le passé, au palais de l’Unité, l’une des scènes centrales des festivités du 20 mai au Cameroun, on n’a pas lésiné sur la surveillance de dernière génération », renseigne l’hebdomadaire.

Notre confrère informe qu’il s’agit de la gamme récemment fournie par la société chinoise Nutech Hong Kong Company Limited. Une source anonyme citée par le journal, affirme que « pour des raisons de sécurité optimale,cette séquence conviviale, désormaisancrée dans le calendrier de nombreusespersonnalités méritait ce dispositif euégard au contexte».

Le dispositif visait principalement d’éventuels détenteurs de téléphones portables, explique un ingénieur de télécommunications qu’Intégration a rencontré. « lesIMSI-catchers captent tout le traficGSM dans un rayon de 500 à 1000 m.Elles savent casser le cryptage deséchanges en 2G, et brouiller 3G et 4G defaçons à ce que les communications repassenten 2G. Elles écoutent ce quevous faites sur Internet, les mails quevous envoyez, et espionnent vos conversations.Installées chez les opérateurs télécom,les ‘‘boîtes noires’’, ont été spécialementchargées d’examiner les métadonnéesde connexion (qui appelle qui etse connecte à quoi, quand, combien detemps, et où). Les keyloggers enregistrenttout ce qui est tapé sur un clavier, etsont en général capables de transmettrecette information à distance », éclair cet expert.

camernews-biya

camernews-biya