camernews-boko

12 000 réfugiés nigérians de retour dans leurs localités d’origine

12 000 réfugiés nigérians de retour dans leurs localités d’origine

Le HCR s’inquiète du fait que ces réfugiés soient obligés de financer eux-mêmes leur retour dans la localité de Banki au Nigéria.

Douze milles réfugiés nigérians abrités dans le camp de Minawao sont retournés à Banki, leur localité d’origine, durant le mois de mai. 1 800 d’entre eux sont rentrés en fin de semaine dernière, indique le Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR). Selon l’institution, ces réfugiés auraient décidé «volontairement» de rentrer chez eux. Les raisons évoquées sont : «des conditions difficiles au camp de Minawao» et le début de «la saison agricole» à Banki.

Un problème porte de l’ombre au tableau dépeint par Le HCR, c’est celui de la situation qui prévaut à Banki qui « héberge déjà une grande population de près de 45 000 personnes déplacées à l’intérieur du pays et est loin de pouvoir recevoir un tel nombre. Dans Banki, et aussi dans les villes voisines, où les gens espèrent se diriger, l’accès humanitaire est très limité et dépend en grande partie de la disponibilité des escortes militaires. Comme la plupart des rapatriés sont toujours incapables de voyager vers leurs villages d’origine du fait de la sécurité reste incertaine, il existe un besoin urgent de terrain supplémentaire pour plus d’abris et d’autres installations dans le camp des déplacés

Nous insistons pour que tous les pays de la région facilitent les procédures de refuge et d’asile à tous ceux qui en ont besoin», souligne le HCR.

L’institution onusienne dénonce par ailleurs le fait que le Cameroun n’ait accordé aucune assistance technique ou financière pour le retour de ces réfugiés, les obligeant à financer eux-mêmes leur transport. Selon des conventions internationales, les  pays qui abritent des réfugiés s’assurent que les conditions sécuritaires et économiques sont favorables à la survie des personnes à rapatrier et que la sécurité règne dans les régions de retour. Un soutien financier est aussi accordé aux réfugiés pour faciliter leur réinstallation.

«Pourtant, le 03 mars derniers, le Cameroun a signé, avec le Nigéria et le HCR, un accord visant à faciliter les retours volontaires», rappelle le HCR. En signant cet accord, le Cameroun et les deux autres parties s’étaient engagés à optimiser l’encadrement des réfugiés désireux de retrouver leurs régions d’origines ainsi qu’à leur fournir  toutes les informations nécessaires.

 

camernews-boko

camernews-boko