11 morts suite à un naufrage

Une embarcation en provenance de la ville tchadienne de Bongor a chaviré jeudi dernier.
Une embarcation de fabrication artisanale a chaviré sur le fleuve Logone jeudi dernier autour de 18 h. C’était dans la localité de Miogoye II à environ 20 km au sud-est de la ville de Yagoua, face à la ville tchadienne de Bongor. Un accident fluvial dû à un vent violent ayant soufflé sur le département du Mayo-Danay cet après-midi-là. Les treize passagers embarqués dans la pirogue de fabrication locale revenaient du marché de Bongor.

Sous l’effet d’une bourrasque, l’embarcation s’est renversée et c’est le sauve-qui-peut dans un fleuve actuellement gonflé à bloc. Un piroguier qui suit de loin ce drame tente de voler au secours des passagers, se retrouve dans la même situation. Le bilan de l’accident est de onze morts par noyade. Il s’agit de sept dames, à savoir Falmigué, Esther Lamissia, Vounsoumna, Boulaklia, madame Zamlaouda épouse Bérem, Damdam, Amina épouse Kaïssassou, de trois hommes (Gatsou, Dia, Takka) et d’un nourrisson de sexe masculin dont la mère, la nommée Koïkaye a survécu au naufrage.

Les corps ont été retrouvés le lendemain dans la journée après des recherches laborieuses. Les victimes sont toutes de nationalité camerounaise. La mère du nourrisson et le piroguier Tchoringué Djougsou de nationalité tchadienne ont survécu au naufrage. Informé du drame, l’adjoint au sous-préfet de l’arrondissement de Yagoua et le maire de la commune Fissou Kouma se sont rendus très tôt ce vendredi sur les lieux du drame. Le procureur de la République près les tribunaux de Yagoua a dirigé les enquêtes en compagnie d’un élément de la brigade de gendarmerie.

Les naufrages sur les cours d’eau sont devenus fréquents dans le département du Mayo-Danay. En octobre 2009, 19 personnes ont trouvé la mort suite au naufrage sur le lac de Guéré, dans l’arrondissement de Wina. En août 2013, une pirogue de fabrication artisanale chargée de quatorze passagers a chaviré sur le même cours d’eau, bilan trois morts. L’on met en cause la mauvaise qualité des embarcations utilisées comme moyen de transport fluvial et leurs surcharges.