11 milliards pour réhabiliter le barrage de Song Loulou

Les travaux prévus pour durer trois ans seront réalisés par Eneo, conformément à l’engagement pris dans l’avenant n°2 au contrat de concession signé vendredi dernier avec l’Etat du Cameroun.

L’avenant n°2 du contrat-cadre de concession Etat du Cameroun-Eneo Cameroon S.A indique un certain nombre de points importants détaillés et formalisés du secteur de l’électricité au Cameroun.

Notamment, l’engagement du partenaire Eneo à conduire des travaux d’urgence sur le barrage de Song Loulou pour un montant de 11 milliards de F. Ceci sous la supervision d’un comité technique paritaire. Autres points évoqués dans l’avenant, la mise en place d’un comité de suivi du transfert des barrages-réservoirs à Electricity development coorporation (EDC) et le transfert de l’activité de transport et de gestion du réseau de transport. Le contrat intègre également l’adoption du principe de la mise en place de nouvelles normes de qualité de service ainsi que de l’adoption du principe de réajustement tarifaire pluriannuel, la possibilité pour Eneo de sélectionner de nouveaux producteurs indépendants d’électricité, la détermination des objectifs de branchement par région devant figurer dans le plan d’affaires annuel d’Eneo, etc.

Ces accords ont été révélés par le ministre de l’Eau et de l’Energie, Basile Atangana Kouna, vendredi dernier à Yaoundé. C’était au cours de la cérémonie de signature dudit contrat entre  d’une part l’Etat du Cameroun, représenté par les ministères en charge de l’Energie et des Finances, et d’autre part, par le directeur général  d’Eneo Cameroon S.A.

Basile Atangana Kouna a émis le vœu que toutes les administrations concernées par ce programme se mettent au travail, «  afin  que les prescriptions contenues dans ce document soient  exécutées dans les délais impartis ». En précisant en substance que son département ministériel déploiera tous les moyens pour faire respecter les engagements des parties contenues dans ce contrat.

Un contrat de concession qui, selon le Minee, est l’aboutissement d’un long processus. Avec au départ, la signature d’un contrat-cadre de concession et de licence relatif à l’exploitation de plusieurs parties du secteur de l’électricité. Cet accord aboutira à une clause de relecture en 2013, à l’issue  de laquelle, les deux parties concluent, un premier avenant au Contrat de concession et de licence en 2006. Il y a quelques mois, l’opération de la deuxième révision quinquennale du second contrat débutait et visait primordialement l’harmonisation desdits documents à la nouvelle donne. Avec comme enjeux majeurs, l’ouverture à la concurrence et la promotion d’une meilleure qualité de service dans le but de satisfaire les consommateurs.