100ème anniversaire de l’assassinat de Duala Manga Bellè commémoré à Bruxelles ce 08 août à 18H00

100ème anniversaire de l’assassinat de Duala Manga Bellè commémoré à Bruxelles ce 08 août à 18H00

Nous avons tous en mémoire la conférence tenue à Berlin de novembre 1884 à février 1885 et consacrée au partage des terres africaines entre les pays européens colonialistes et le Roi belge Léopold II/ Lors de cette conférence, l’Allemagne hérita d’un territoire dont la vitrine principale était alors la ville de Cameroon City, aujourd’hui appelée Douala.

C’est partant de cette ville que la puissance impériale allemande allait s’étendre, par la force et le sang, sur tout le territoire qui lui avait été réservé par ses pairs européens. En réalité, le partage de l’Afrique ne délimitait pas des territoires déjà conquis par chacune des puissances, mais il délimitait la part que chacune de ces puissances était autorisée, par ses pairs, à conquérir sans rencontrer de concurrence sur son chemin. C’est donc seulement après cette conférence que l’Allemagne, pour le cas du « Kamerun », a commencé à soumettre les différentes nations du territoire qui lui avait été réservé.

Peu de temps avant cette conférence, les différentes puissances coloniales tentaient de conquérir par la force ou la diplomatie, les principales localités côtières de l’Afrique. Question de se positionner en force au moment de la conférence convoquée en novembre. Ayant compris cette stratégie, et pour ne pas être tout simplement conquis et dominés, vu la puissance militaire supérieure des étrangers, certains rois Duala choisirent de signer des protectorats qu’ils croyaient diplomatiques que militaires.

C’est ainsi que le 12 juillet 1884 un traité de protectorat fut signé par ces rois Duala avec les Allemand.
Suite à ce traité, les relations entre les familles royales Duala et l’Allemagne étaient au beau fixe. C’est ainsi que Duala Manga Bellè, le petit-fils de Ndumbe Lobe Bellè, l’un des signataires du traité duala-germanique, sera élevé à la fois à l’africaine et à l’occidentale, allant successivement à l’école allemande à Douala puis en Allemagne où il obtiendra un diplôme universitaire en droit.

De retour au Kamerun où il succède à son père, Manga Ndumbe Bellè, il constate très vite la fourberie des Allemands, qui cherchent à déposséder les autochtones de leurs terres à des fins d’exploitation industrielle. Connaissant bien le droit allemand, il s’y oppose fermement, avec des arguments juridiques probants. Dans sa résistance à cette politique de colonisation rampe Il entraîne avec lui une grande majorité de son peuple.

D’autre part, afin de créer une coalition contre l’exploitation et la brimade allemandes, il entreprend de contacter les autres leaders et chefs des autres régions du Kamerun, ce territoire devenu pays par le dessin de Berlin et la conquête sanglante des Allemands. Entre autres, Martin Paul Samba, chef dans l’actuelle province du Sud, lui répond favorablement.

Hélas, leurs plans pour déloger les Allemands sont éventrés et les deux hommes sont arrêtés et exécutés le même jour, Duala Manga Bell pendu à Douala et Martin Paul Samba fusillé à Ebolowa. C’était le samedi 08 août 1914.

Afin de rappeler la mémoire de celui qui, parmi les premiers, développa une vision patriotique sur un territoire plus grand que sa seule chefferie, semant par là-même les premiers germes du « nationalisme kamerunais », les ressortissants Sawa de Belgique, en partenariat avec l’association MOJA & le Cercle Félix Moumié, ont décidé de commémorer en cette première semaine du mois d’août 2014, l’assassinat de Rudolf Duala Manga Bell et de son compère résistant Martin Paul Samba.
A cet effet, une conférence-vernissage d’exposition aura lieu ce vendredi 08 août 2014 à partir de 18H00 au TAG Gallery, 23 Passage Charles Rogier (Tunnel Brabant) à 1210 Bruxelles.

La conférence aura pour thème : Duala Manga Bellè et la résistance camerounaise 100 ans après : comment achever leur œuvre ?
Elle servira également de vernissage à l’exposition qui sera disponible sur le même lieu et qui est intitulée : « Résistance à la colonisation allemande : les fondements de la nation camerounaise »

Pour tout contact, écrire à M. Cyrille NSEKE

camernews-Rudolf-Duala-Manga-Bell

camernews-Rudolf-Duala-Manga-Bell